«Anonymiser» les terroristes?

Faut-il rendre anonymes les terroristes? Le débat sur cette question... (AP)

Agrandir

Faut-il rendre anonymes les terroristes? Le débat sur cette question a pris de l'ampleur après l'assassinat sauvage, la semaine dernière, du prêtre catholique Jacques Hamel dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, en France.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ÉDITORIAL / Faut-il rendre anonymes les terroristes tuant des citoyens; faut-il taire leurs noms lorsqu'on expose leurs abominations? Aussi surprenante soit-elle, cette question se pose. Elle est légitime.

Le débat sur cette question a pris de l'ampleur après l'assassinat sauvage, la semaine dernière, du prêtre catholique Jacques Hamel dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, en France, assassinat commis par deux djihadistes 12 jours après le massacre de Nice, qui a tué, lui, 84 personnes. Les obsèques officielles du père Hamel ont été célébrées mardi à la cathédrale de Rouen.

Deux députés de l'opposition à l'Assemblée nationale française ont même présenté une proposition de loi visant à interdire la diffusion des photographies et de l'identité des terroristes sur Internet et dans les médias.

Cette proposition répond à un fait établi : les terroristes cherchent une gloire posthume. Ne pas faire résonner leurs noms dans les médias, les priver d'identité, c'est contrecarrer l'un de leurs objectifs.

Aux yeux de quelques-uns, ces tueurs, montrés en boucle à la télé, font figure de héros. Et c'est ainsi que leur barbarie, par mimétisme, suscite des vocations.

Tel est en substance l'argumentaire pouvant être avancé en faveur de l'idée de les priver d'identité médiatique.

Loi ou pas, des médias hexagonaux ont volontairement choisi d'emprunter cette voie, en tout ou en partie. Ils ne sombrent pas dans la censure pour autant, notons-le au passage.

«Censure» est un mot péremptoire qui sied mal au sérieux du questionnement en cours. On n'accuse pas d'un mot à l'emporte-pièce ceux qui cherchent à mieux agir, ceux qui réfléchissent, même lorsqu'ils se trompent. L'expression de «politique éditoriale» ou encore celle de «ligne de conduite» seraient plus justes.

Ce que l'on peut toutefois opposer à cette idée, et encore plus à la proposition de loi de ces députés français - laquelle ne devrait pas connaître de suite -, c'est plusieurs choses. Et celles-ci l'emportent largement sur l'argumentaire de ses défenseurs.

La gloire posthume n'est pas la motivation principale des terroristes. Ils veulent avant tout tuer, semer la terreur, désorganiser une société.

Les réseaux sociaux «noirs», ceux suivis par des candidats au djihad, continueront de glorifier les terroristes, photos et identités en soutien. Les terroristes en puissance le savent, puisqu'ils s'abreuvent déjà à ces réseaux. Toute interdiction ou toute auto-interdiction générale, ou tout mur à mur, serait donc sans effet.

Ne mettons pas tout dans le même panier. Il existe un monde entre, d'une part, dévoiler l'identité de tueurs et montrer leurs visages sur des photos neutres et, d'autre part, tourner leurs noms en boucle pendant des jours en les faisant voir à l'entraînement, l'arme à la main.

Ajoutons qu'une identité est une information en soi.

Les médias ont cependant le devoir de s'interroger afin d'exposer les abominations des terroristes avec le plus de jugement possible.

Ils en ont le devoir parce qu'ils sont l'écran sur lequel les terroristes projettent leurs crimes. Les questions peuvent être nombreuses. Par exemple, n'est-ce pas une absurdité de répéter que les services de police recherchent le «cerveau» de tel attentat terroriste?

Si les mots ont un sens, d'autres peuvent être employés : «organisateur», notamment. «Cerveau» est un mot qui glorifie, non?

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer