Apprendre à lire, à écrire et à coder

Avant le jugement de la Cour suprême, il... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Avant le jugement de la Cour suprême, il fallait une heure à la police pour demander à une entreprise de télécommunications de donner accès, volontairement, à des renseignements sur des abonnés, et ils obtenaient une réponse le même jour, soutiennent les chefs de police. Aujourd'hui, cette procédure peut prendre jusqu'à un mois, déplorent-ils.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le moment ne pourrait pas être plus mal choisi pour suggérer l'ajout de nouveaux apprentissages, pour les élèves du primaire et du secondaire, quand les écoles doivent se battre pour des ressources de plus en plus limitées. Mais le monde, lui, ne nous attend pas.

Le code informatique est un langage aussi important que le français et l'anglais, désormais. La plupart d'entre nous savent comment utiliser un clavier et une souris, mais qui peut se vanter d'aller plus loin? C'est comme si nous étions capables de lire un livre, et incapables d'en écrire un.

On doit enseigner le code dès le plus jeune âge si on ne veut pas que la prochaine génération soit contrôlée par les règles et les programmes que d'autres nous auront imposés.

Quelques pays ont déjà inclus cet apprentissage dans les matières de base dès le primaire. En Estonie, on enseigne le code informatique à des élèves de 7 à 19 ans, dans plus de 30 écoles, depuis 2012. 

L'Angleterre a emboîté le pas l'année dernière, en ajoutant cet enseignement à son curriculum, à la grandeur du pays. Tous les élèves, dès l'âge de cinq ans, ont accès à cette formation, en théorie. En pratique, il faudra certainement du temps avant que tous les enseignants soient en mesure de donner une formation équivalente.

Le langage informatique s'apprend comme n'importe quelle autre langue. Les enfants se familiarisent d'abord, par le jeu et des interfaces graphiques, au fonctionnement d'un ordinateur, pour progresser ensuite des langages de plus en plus élaborés.

Il est irréaliste de penser qu'on pourrait imposer cette discipline avec succès à toutes les écoles de la province, à partir de zéro. Elle est totalement absente de l'écran radar du ministère de l'Éducation. Ce n'est pas surprenant, puisque nos élus sont eux-mêmes pratiquement analphabètes en cette matière. Le premier ministre Philippe Couillard aurait l'intention d'y remédier avec un «plan numérique», mais rien n'a encore été fait jusqu'ici. 

Le réseau de l'éducation n'a pas les moyens d'assumer cette charge supplémentaire dans l'état actuel des choses, mais ce n'est pas une raison pour abdiquer. Il existe des ressources externes, comme Kids Code Jeunesse à Montréal (kidscodejeunesse.org), et des communautés, comme Québec Numérique, ici même à Québec, sur qui on pourrait s'appuyer pour commencer à fournir cet apprentissage, à stimuler la curiosité des enfants et à leur faire réaliser qu'ils peuvent non seulement être des utilisateurs, mais aussi des créateurs. 

Québec Numérique vient de publier, grâce au travail de Karine Lesage, un dossier sur la pénurie en main-d'oeuvre qualifiée dans la région. («La fracture académique», dans quebecnumerique.com). Les besoins ne cessent d'augmenter, non seulement en quantité, mais en qualité aussi. 

Si on veut que le secteur numérique contribue de plus en plus à l'image de marque de la Ville de Québec, on doit commencer dès maintenant à mettre sur pied des programmes à l'intention des enfants.

Il faudra ensuite sensibiliser le ministère de l'Éducation à l'importance de s'inscrire dans ce qui est un mouvement mondial. Pour vous en convaincre, allez voir le site code.org, qui offre lui aussi des outils aux éducateurs, ainsi que des témoignages par les créateurs de Microsoft, de Dropbox, de Twitter, de Facebook ou de Valve. En décembre, pour faire la promotion du site, M. Obama est devenu le premier président des États-Unis à écrire une ligne de code : «moveForward (100);» qui faisait bouger un personnage du dessin animé Frozen, de Disney.

Tout le monde peut apprendre à coder. Il suffit de commencer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer