Limite à la paye des boss

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il commence à y avoir un peu de sable dans l'engrenage de la surenchère salariale des banquiers et des patrons des grandes entreprises. L'assemblée des actionnaires de la Banque CIBC a rejeté jeudi dans une proportion de 57 % la politique de rémunération de ses dirigeants. Ce n'est pas trop tôt, et c'est tant mieux. Espérons que d'autres oseront freiner l'escalade qui ne fait qu'accroître les écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

Le cas de la Banque CIBC rappelle celui de Barrick Gold en 2013. Les actionnaires de l'entreprise avaient alors voté à 85 % contre la prime à l'embauche de 11,9 millions $US versée au nouveau coprésident du conseil d'administration. Des investisseurs institutionnels comme la Caisse de dépôt et placement du Québec, l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada et le régime de retraite des employés municipaux de l'Ontario avaient publiquement sonné l'alarme, jugeant cette rémunération disproportionnée. Ils craignaient de plus un précédent. La question reviendra à la prochaine assemblée.

Des investisseurs institutionnels sont aussi impliqués dans la rebuffade à la CIBC. Cette fois-ci, ce sont les avantages en matière de retraite consentis à deux ex-dirigeants qui apparaissaient déraisonnables et non conformes à une politique de rémunération liée à la performance. La rémunération des deux hommes dépassait 25 millions $ par année.

Bien sûr, le vote des actionnaires sur la politique de rémunération des hauts dirigeants est seulement consultatif. Mais si une majorité d'actionnaires expriment un désaccord ou un malaise avec une politique, les administrateurs doivent forcément corriger le tir. D'autant plus lorsque de plus en plus de voix s'élèvent pour dire qu'il faut veiller à réduire les inégalités entre les pauvres et les riches, qu'il faut ramener à une plus juste proportion l'écart entre le pdg et le plus bas salarié d'une entreprise.

Il serait pour le moins malvenu d'ignorer le message de l'assemblée générale et de continuer à se remplir les poches au détriment des actionnaires, des salariés et, dans certains cas, des clients. Ce serait moralement inacceptable et pourrait se révéler négatif pour l'image d'une organisation.

Il serait aussi déplacé de resservir l'éternel argument voulant que ce soit le jeu de la concurrence qui pousse les salaires des dirigeants toujours vers le haut. Pour avoir le «meilleur», il faut mettre toujours plus d'argent, d'actions et un régime de retraite dorée sur la table. Vraiment? Est-ce que le succès d'une business est davantage garanti lorsque le patron gagne 100 fois, voire 200 fois le salaire moyen de ses employés, et non plus entre 20 et 30 fois ce salaire comme auparavant?

Le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MEDAC) réfute l'argument de la concurrence, d'autant plus dans le secteur bancaire où seulement 3 % des hauts dirigeants sont des «transfuges». Le problème de surenchère vient donc de la méthode de comparaison et d'échantillonnage. «Rendu à 100 fois le salaire d'un employé, ce sont 200 000 $ qui sont donnés chaque semaine à une personne pour faire la même gestion que tout le monde», affirme le président Daniel Thouin. Une formule chiffrée qui dit tout.

La grogne populaire, celle de l'employé à 30 000 $ ou 60 000 $ par année qui voit son salaire gelé ou augmenté d'un petit 1,6 %, à laquelle s'ajoutent les voix de gens qui n'ont pas l'habitude de parler d'inégalités dans leur discours, réussiront peut-être à contrôler l'appétit des hauts dirigeants d'ici et d'ailleurs. Le FMI, l'OCDE et la présidente de la Réserve fédérale américaine ont fait des mises en garde au cours des derniers mois. Les inégalités de revenus nuisent aux perspectives de croissance. Certains vont peut-être finir par réaliser qu'ils auraient intérêt à partager la richesse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer