Le déni, le rêve et la réalité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Sommet de Québec sur les changements climatiques, qui s'est conclu mardi, a envoyé deux messages clairs : que la majorité des provinces - et des Canadiens - reconnaissent l'urgence du problème et la nécessité de freiner nos émissions de gaz à effet de serre, tout d'abord. Mais aussi que le gouvernement canadien, lui, nage à contre-courant. On peut dire, aujourd'hui, qu'il est en situation de déni devant cette réalité.

Le contraste sautait aux yeux avant même le début du sommet, avec cette lettre équivoque envoyée par la ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, à tous ses homologues provinciaux. Voulait-elle reprocher aux provinces de ne pas avoir atteint leurs propres objectifs de réduction, ou alors de ne pas avoir encore soumis leur plan au fédéral? On ne sait trop. L'exercice visait surtout à détourner l'attention au moment où les provinces se préparaient à augmenter la pression.

La lettre en dit long cependant sur l'absence de toute stratégie, et de toute volonté, pour mettre en place des mesures concrètes afin de s'attaquer au problème. Au point où on en est rendu, après quatre ans d'un mandat majoritaire, le bénéfice du doute a été épuisé, il n'y a plus rien d'autre à attendre de cette administration que des efforts destinés à sauver les apparences.

À l'opposé, la décision de l'Ontario de se joindre au système de plafonnement et d'échange de droits d'émission, auquel participent déjà le Québec et la Californie, aidera ce mécanisme à atteindre une masse critique.

Le recours à un mécanisme pour fixer un prix aux émissions de carbone est devenu un incontournable. Une taxe, comme celle imposée depuis 2008 par la Colombie-Britannique, vaudrait-elle mieux que cette bourse du carbone? Le débat est loin d'être clos. La taxe est plus simple et il ne faudrait pas l'écarter trop vite.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Walls, s'est démarqué en laissant entendre que les efforts canadiens seront, à toutes fins utiles, dérisoires à côté de la construction massive de centrales au charbon ailleurs dans le monde, en Chine notamment et au Japon également. Le problème, c'est que sa province elle aussi refuse de tourner le dos au charbon, qui fournit près de la moitié de toute son électricité. M. Walls s'accroche au mirage de la séquestration de CO2, réinjecté dans le sol sous forme liquide.

SaskPower investit près de 1,5 milliard $ dans un projet grâce auquel elle espère récupérer plus de 90 % des émissions de sa plus grosse centrale. Le premier ministre Walls donne l'impression de s'accrocher à un rêve, celui de continuer à vivre comme si de rien n'était. La séquestration du carbone, a-t-il dit, nous offre la possibilité de ne rien changer à notre industrie, notre économie et notre mode de vie. Ça risque toutefois de n'être qu'une illusion. 

Le Canada doit d'abord et avant tout plafonner ses émissions et envoyer un signal de prix aux émetteurs pour les inciter à s'adapter à la nouvelle réalité. Les provinces l'ont compris et la majorité de la population canadienne vit désormais dans une région où cette solution a été retenue. 

Mais pour être efficace, cette politique doit tôt ou tard obtenir l'appui du gouvernement central. C'est le message qu'a voulu passer, mardi, la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres. Cette diplomate aguerrie a pris soin de ménager les susceptibilités canadiennes, mais elle rappelle que les efforts des provinces ne pourront suffire à la tâche. Tôt ou tard, Ottawa devra se faire à l'idée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer