Le droit à quelle éducation?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Est-ce qu'on va être obligé de dire un jour qu'on va prendre un petit nombre d'étudiants, les ultra-meilleurs, parce qu'on n'aura pas les moyens d'en former plus?» se demande le vice-recteur principal à l'Université Laval, Éric Bauce. La question se pose. Le Québec se tirera dans le pied si le resserrement des finances publiques se traduit par un accès plus limité aux études supérieures et à une diversité moindre des cours.

Le gouvernement Couillard se dit «l'allié de la jeunesse». Devant les étudiants qui désertent les classes et manifestent dans les rues et ceux qui s'adressent aux tribunaux pour avoir accès à leurs cours, le ministre François Blais se présente comme le grand défenseur du droit à l'éducation. Mais de quelle éducation parle-t-il exactement? De celle qui sera accessible à tous, qu'importe où ils vivent au Québec et qu'importe de quel milieu socioéconomique ils viennent? De celle façonnée en fonction des besoins des employeurs? De celle offerte seulement à ceux qui afficheront une cote de rendement (cote R) exceptionnelle, écartant ainsi bien des gars?

Le budget Leitão, qui restreint la croissance des dépenses en éducation à 0,2 %, pousse le vice-recteur Bauce à sonner l'alerte. «Sommes-nous collectivement en train de sacrifier l'avenir des membres d'une génération qui n'auront peut-être pas la chance, contrairement à leurs parents, de bénéficier d'une formation universitaire accessible et de qualité? Devrons-nous limiter l'accès aux universités à une faible frange de la population faute d'un financement adéquat pour assurer l'accessibilité aux études?» «Aurons-nous, dans 10 ans, encore des experts et spécialistes, des leaders dans divers milieux socioéconomiques et des créateurs issus de nos universités en nombre suffisant pour assurer le développement de notre société?»

Certains verront uniquement dans ces propos ceux d'un homme et d'une organisation s'accrochant au statu quo et à son statut privilégié. Collectivement, nous aurions pourtant intérêt à pousser la réflexion et nos préoccupations au-delà de la rémunération des dirigeants des universités. Le Québec attend quoi de l'enseignement supérieur? Ce serait bien que le nouveau ministre, un ancien doyen de Laval, en fasse part, plutôt que de simplement supposer qu'il reste encore du gras à couper au niveau administratif. L'atteinte du déficit zéro n'est pas une fin en soi ni le seul objectif qui doit animer le Québec.

En 2012, sous la direction de Jean Charest, les libéraux clamaient qu'il fallait absolument réinvestir dans les universités. Trois ans plus tard et après un tumultueux et coûteux printemps érable, ils sabrent dans les fonds. Où est la logique, où est la vision à plus long terme?

Le financement n'est pas la seule inconnue. Récemment, le ministre Blais indiquait à La Presse que le temps était venu «de financer les établissements en fonction des besoins réels du marché du travail». Il était interrogé sur les effets du rehaussement des exigences pour les futurs enseignants. A-t-il l'intention d'appliquer cette règle partout? Il est parfois difficile de prévoir avec précision la demande d'un secteur. Les connaissances dont a besoin une société ne sont pas nécessairement les mêmes que celles d'une entreprise. La mission des universités ne se résume pas à répondre aux besoins du marché du travail, mais à ceux de toute une société dans toutes les sphères de la vie.

Depuis 1967, l'accès aux études universitaires a fait ici un bond spectaculaire. L'effectif étudiant a quintuplé. S'assurer que la diplomation continuera de croître, et veiller à ce que la formation soit diversifiée et de qualité, est le rôle d'un gouvernement. Surtout s'il est un allié de la jeunesse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer