Les ministres négociateurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il faut certes se réjouir que Québec ait conclu rapidement une entente avec ses pharmaciens d'hôpitaux plutôt que de risquer de voir passer une partie de cette précieuse main-d'oeuvre au privé, faute d'une rémunération satisfaisante dans le secteur public. Les ministres Gaétan Barrette et Martin Coiteux tentent cependant de donner à ce règlement une portée qu'il n'a pas. Ils comparent des pommes et des oranges. Les négociations avec les autres employés de l'État seront forcément plus ardues car elles ne se limitent pas à un seul enjeu.

Lundi, en conférence de presse, les deux ministres ont déclaré que l'accord conclu avec l'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec - proposition entérinée à 98,9 % par les membres qui ont participé à l'assemblée - était une démonstration que nous pouvons arriver à des ententes négociées pour une durée de cinq ans qui tiennent compte clairement de la situation budgétaire du Québec. Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, y voit un chemin constructif, un exemple qu'il souhaite contagieux pour les pourparlers que le gouvernement doit mener avec une soixantaine de syndicats.

La population voudrait bien elle aussi que le renouvellement des conventions collectives des 540 000 employés de l'État se fasse sans heurts, sans moyens de pression, sans grève et sans psychodrame national. Elle souhaiterait aussi que les ententes se concluent à coûts raisonnables et assurent des services publics de qualité dans toute la province.

Les positions défendues par le gouvernement et les syndicats en ce début de ronde laissent plutôt craindre un affrontement et une dégradation des services. Et ce n'est pas l'entente conclue avec les pharmaciens d'hôpitaux qui peut nourrir l'optimisme.

MM. Barrette et Coiteux peuvent bien présenter de beaux exemples de négociation, le défi n'est pas le même lorsqu'il faut trouver un terrain d'entente sur les augmentations de salaire annuelles, les régimes de retraite, les congés de maladie, le ratio maître-élèves, l'organisation du travail en santé et le recours à la sous-traitance dans les ministères. Convenir de la reconduction de primes qui venaient à échéance le 30 mars et prévoir une clause remorque, comme viennent de le faire Québec et l'association des pharmaciens, s'avère pas mal moins complexe.

Il faut donc mettre des bémols lorsque les deux ministres parlent du sens des responsabilités, de collaboration, de signe de maturité et de la capacité de se serrer les coudes. Québec s'attirait une crise dans les hôpitaux s'il réduisait de 15 à 45 % la rémunération des pharmaciens. Au lieu de subir une perte de plus de 30 000 $, certains pharmaciens seraient partis dans des Jean Coutu ou des Familiprix plutôt que de rester dans les officines de l'hôpital ou du CHSLD. Or, 260 postes de pharmaciens ne sont toujours pas pourvus dans les établissements de santé. Il aurait été totalement irresponsable de la part de Québec de ne pas reconduire les primes. Et coûteux en plus. L'Ordre des pharmaciens jugeait les primes encore indispensables.

Bien sûr, Québec devait évaluer si les objectifs étaient atteints. Il est cependant déplorable d'avoir attendu à la dernière minute pour procéder à cette analyse. Le 6 mars, le ministère de la Santé signalait aux directeurs des ressources humaines des agences de la santé que les mesures ne seraient pas reconduites au-delà du 30 mars et que les agents payeurs étaient avisés. Un tollé a suivi. Tout ça aurait pu être évité. Les ministres vont-ils en tirer une leçon?

MM. Barrette et Coiteux tentent maintenant de tourner les choses à leur avantage. Le plus difficile est pourtant à venir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer