Un budget pour les jeunes?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Léguer une société meilleure aux générations qui suivront ne se résume pas pour un gouvernement à présenter un budget équilibré. La qualité et l'accessibilité aux services d'éducation et de santé font aussi partie de l'évaluation de l'héritage. Le budget livré jeudi par le gouvernement libéral le néglige dangereusement.

Les ministres Carlos Leitão et Martin Coiteux ont bien tenté, jeudi, de présenter leur budget et leur cahier de crédits comme la plus merveilleuse chose qui puisse arriver aux Québécois. Après six ans de déficit, le budget s'écrira enfin à l'encre noire en 2015-2016. La marchandise est livrée, mais l'opération n'est pas sans risques. Oui, c'est important des finances saines et la création d'emplois, mais ce n'est pas seulement la job qui compte dans la vie d'un individu. Ça devrait être la même chose pour un État.

La dernière année budgétaire, sous le signe de la rigueur - ou de l'austérité -, a été dure. L'effet libéral promis par l'équipe Couillard prend du temps à se faire sentir dans l'économie. La création d'emplois est lente. Et ce n'est pas le dernier budget qui lèvera rapidement la morosité. Québec envoie certes des signaux positifs aux petites et grandes entreprises, en remettant notamment des crédits d'impôt à des secteurs névralgiques, en comptant sur le maintien au travail des travailleurs d'expérience et en misant sur un meilleur arrimage formation et emploi. Reste à voir si les entreprises auront assez confiance pour prendre la main tendue et investir davantage. Croisons les doigts et espérons que la relance de l'économie américaine nous aidera.

Par contre, les effets des resserrements budgétaires dans les services publics sont dès maintenant tangibles. Imaginez ce qui s'en vient. Les ministères de la Santé et des Services sociaux et de l'Éducation devront se contenter d'une croissance des dépenses de 1,4 % et de 0,2 %, bien en deçà des taux passés. Comment peut-on croire qu'il n'y aura aucun effet sur les malades, sur les plus démunis, sur les élèves, sur les collégiens et sur les étudiants des universités? C'est un leurre de penser que seulement la bureaucratie et la paperasse écoperont.

Nous ne nions pas qu'un élagage dans les programmes et les structures, une réorganisation du travail et de nouvelles pratiques peuvent se traduire par des économies pour l'État. Mais il y a des limites. Il faut aussi souvent du temps pour voir les effets positifs d'un changement de culture.

Dans le budget de juin 2014, Carlos Leitão indiquait que le jour où l'équilibre budgétaire serait rétabli, la croissance des dépenses en santé et en éducation pourrait être relevée de 4 et de 3 %. On fait quoi en attendant? On ignore les besoins, on fait comme s'ils n'existaient pas et on demande de repasser lorsque le déficit sera rayé et que l'économie roulera mieux? C'est agir à courte vue.

Le président Coiteux répète que les services seront «mieux livrés et à meilleurs coûts» avec sa grande rénovation de l'État québécois. Facile à dire lorsqu'on est dans le siège du président du Trésor. Plus difficile à concrétiser lorsqu'on est ministre de la Santé ou de l'Éducation, et plus ardu encore lorsqu'on est dans un hôpital, une école et une université et qu'on doit répondre au quotidien aux besoins des malades, des élèves, des étudiants, des chercheurs.

M. Coiteux prétend que les jeunes sont au coeur des priorités de l'État. Il est plutôt à craindre que son gouvernement établira ses priorités selon ce qui sera le plus payant lors du rendez-vous électoral de 2018. Des baisses d'impôts aux particuliers, un allègement fiscal aux entreprises ou des réinvestissements en santé et en éducation? À suivre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer