Coûts en santé: le nerf de la guerre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard pavoisera sûrement un peu jeudi à la présentation du budget. L'ex-ministre libéral des Finances, Raymond Bachand, prévient toutefois que l'atteinte de l'équilibre budgétaire pourrait être compromise à long terme si Québec ne réussit pas à maintenir le taux de croissance des dépenses en santé à 4,2 % par année et à trouver des gains en efficacité dans ce secteur. Un défi qui ne se relève pas seulement en imposant ses lois et «sa loi», comme le fait le ministre Gaétan Barrette.

«Afin de contrôler la croissance des dépenses de santé à 4,2 % sans pour autant réduire la qualité et l'accessibilité des soins, tout doit être remis sur la table et faire l'objet d'un débat serein entre les parties prenantes», soutient l'Institut du Québec que préside M. Bachand.

Le ministre Barrette brasse beaucoup le milieu depuis sa nomination à la Santé et aux Services sociaux. La recherche d'un climat serein et constructif n'est pas sa marque de commerce. Il préfère l'affrontement, la méthode forte, la «stimulation législative» pour emprunter son expression.

Est-ce que les finances publiques se porteront mieux ainsi? Est-ce que les Québécois profiteront d'un meilleur accès et d'une qualité de soins accrue après la réforme Barrette? Cela reste à voir. Le plan complet des libéraux n'est pas connu. Dire qu'on s'attaque à la bureaucratie, qu'on met les médecins gâtés à l'ouvrage et qu'on reverra le financement des activités, tout ça donne de bonnes lignes de presse mais ne garantit pas de meilleurs services aux malades ni des économies.

«J'en ai pas de sous supplémentaires et j'en aurai pas», a rétorqué la semaine dernière le ministre à la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) qui avait déclaré en commission parlementaire qu'il était illusoire de penser qu'on va donner plus de services en n'augmentant pas les budgets. «Si on voit plus de patients, ça va coûter plus cher. Ce serait une hérésie de penser que de travailler plus ne coûtera rien».

L'ex-ministre péquiste, le Dr Réjean Hébert, craint que la stratégie du Dr Barrette s'avère coûteuse puisque les médecins sont principalement rémunérés à l'acte. Il estime que la facture va bondir alors que les fonds publics pourraient être mieux utilisés.

«L'État n'est pas un simple gestionnaire du système de santé. Il détermine la qualité et la quantité de soins offerts à la population et, en ce sens, il les rationne toujours. Le jeu politique est de trouver le niveau de rationnement socialement acceptable pour la population sans qu'elle ne perçoive qu'elle est rationnée.» Ainsi s'exprimait M. Barrette en 2009 lorsqu'il dirigeait la FMSQ, rappelle sa successeure. 

Changement de fonction et six ans plus tard, le ministre a-t-il trouvé ce «niveau de rationnement acceptable»? Quel est le traitement complet qu'il préconise pour contenir les dépenses en santé que le vieillissement de la population influe à la hausse? Jusqu'à maintenant, il semble y avoir des effets méconnus et indésirables à son approche.

Contrôler le coût des soins de santé est le nerf de la guerre, martèle l'Institut du Québec. «Le contrôle de la croissance des dépenses en santé demeure le principal facteur du maintien de finances publiques saines au Québec.»

Or, quand pointera le jour du scrutin, ce n'est pas seulement le maintien de l'équilibre budgétaire qui guidera le choix des électeurs. Ont-ils un accès plus rapide à un médecin ou à un autre professionnel de la santé? Peuvent-ils voir rapidement un spécialiste et les délais d'attente pour une chirurgie ou un traitement sont-ils plus courts qu'avant? Les libéraux devront fournir des réponses positives.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer