Économisons et payons plus tard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Économisons maintenant et risquons de payer plus tard. C'est le choix à courte vue qu'effectue le gouvernement en réduisant de 15 % à 45 % la rémunération des pharmaciens qui travaillent dans ses établissements de santé.

Québec veut alléger ses dépenses de 50 millions $ en revoyant à compter du 1er avril la rémunération des 1500 pharmaciens des hôpitaux et des centres d'hébergement de soins de longue durée. Avant d'applaudir et de conclure à la saine gestion des fonds publics, il faudrait d'abord s'assurer que l'État-employeur ne s'attire pas de coûteux problèmes en poussant des professionnels à son emploi vers le secteur privé (les Jean Coutu, Brunet ou autres bannières), et en devant payer par la suite chèrement ceux qui accepteront de dépanner et de combler les trous et les besoins dans le secteur public.

Bien sûr, il est essentiel que le ministère de la Santé évalue si les bonifications consenties en 2012 pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre dans les hôpitaux ont donné les résultats escomptés. Québec n'avait pas délié les cordons de sa bourse pour être gentil mais bien parce qu'il était confronté à des problèmes réels. Est-ce chose du passé?

Pendant plusieurs années, les hôpitaux ont éprouvé de sérieuses difficultés à recruter des pharmaciens. Les raisons? La plupart des établissements de santé, notamment les centres hospitaliers universitaires, exigent une maîtrise alors que le baccalauréat est suffisant pour oeuvrer dans une pharmacie au coin de la rue. Le bassin de recrutement est donc plus limité. Il le devient davantage si les conditions salariales et de travail offertes dans le secteur public sont moindres que dans les pharmacies de quartier ou les compagnies pharmaceutiques. Québec a donc rehaussé de 2012 à la fin de mars 2015 la rémunération de ses pharmaciens pour se faire plus attirant. 

Qu'arrive-t-il si le ministre Gaétan Barrette revoit tout à la baisse à compter du 1er avril? Ses collègues Martin Coiteux et Carlos Leitão seront évidemment très heureux de soustraire des dépenses, mais quelles seront les conséquences pour les hôpitaux et pour les patients? Est-ce que des pharmaciens vont délaisser les hôpitaux pour les pharmacies communautaires pour ne pas voir fondre leur revenu annuel de 30 000$?

L'Ordre des pharmaciens du Québec - on ne parle pas ici d'un syndicat mais bien de l'ordre professionnel qui veille à la protection du public - estime que la décision du ministre n'a aucun sens. L'Ordre craint que Québec accentue la pénurie qui n'est pas totalement résorbée, que les services aux patients soient diminués et que les étudiants boudent à nouveau la maîtrise alors que les facultés réussissent maintenant à pourvoir tous les postes. L'Ordre s'inquiète qu'on s'éloigne d'une utilisation optimale des médicaments alors que c'est là que logent des économies.

Sans attendre que les parties fassent un bilan de l'entente de 2012 et conviennent d'un autre contrat, le ministre Barrette met la hache. Quel beau message d'appréciation et d'accueil aux pharmaciens en poste et à ceux qui envisageaient de faire carrière dans le secteur public! 

Dommage que le ministre parte en guerre contre les pharmaciens pour épargner 50 millions $ et qu'il se montre si peu combatif pour réduire la facture des médicaments. M. Barrette admet pourtant qu'il pourrait économiser entre 600 et 800millions$ par année en négociant mieux l'achat des médicaments.

Le ministre a posé un premier geste en ajustant sa politique d'utilisation des médicaments génériques à celles des autres provinces. Environ 40 millions $ seront ainsi épargnés. On attend la suite. Le gouvernement bouscule ses employés mais se montre moins pressé de se frotter à l'industrie pharmaceutique et aux assureurs privés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer