Pourquoi toujours plus de Ritalin?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La consommation de Ritalin et d'autres médicaments contre le trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) a augmenté de 12 % entre 2013 et 2014. Les chiffres diffèrent, mais la nouvelle se répète ainsi depuis près de 20 ans au Québec. Avant de s'alarmer, de conclure au surdiag-nostic, à la surconsommation et à la médicalisation de l'échec scolaire, encore faudrait-il savoir à quoi l'augmentation est attribuable.

La psychiatre Annick Vincent, spécialiste du TDAH et auteure de Mon cerveau a besoin de lunettes, aimerait avoir un tableau complet. À qui et pourquoi prescrit-on le Ritalin et d'autres médicaments du genre? Une analyse plus fine serait en effet nécessaire pour bien comprendre, pour ne pas tirer de conclusions erronées et pour ne pas culpabiliser les gens qui recourent à la médication pour eux ou pour leur rejeton.

Est-ce qu'on diagnostique mieux et plus qu'avant les personnes atteintes d'un trouble de l'attention? Est-ce que la médication est utilisée aujourd'hui pour venir à la rescousse de grands adolescents ou d'adultes, alors que le Ritalin et cie étaient auparavant prescrits aux enfants? Si les médicaments sont mieux dosés qu'auparavant et que les effets secondaires sont réduits, se peut-il que plus d'individus consomment le produit de façon continue? Est-il possible également que ce type de médicaments soit utilisé pour d'autres problèmes de santé, notamment la dépression et l'apnée du sommeil? La hausse peut avoir plus d'une explication.

Se disant préoccupé par des articles faisant état de surdiagnostics et par l'augmentation importante de prescriptions de psychostimulants, le Collège des médecins fait un rappel à ses membres afin qu'ils rafraîchissent leurs connaissances. Sur son site Web, il suggère six sources d'information sur le TDAH. Rien d'autre n'est prévu pour le moment. Le nombre d'ordonnances était de 400 800 en 2010. L'an dernier, de 777 946.

Ce n'est pas la première fois que le Collège est interpellé. Ce n'est pas non plus la première fois que le milieu scolaire est montré du doigt.

Entre 1993 et 1997, le nombre d'ordonnances de Ritalin avait plus que doublé au Québec, passant de 68 841 à 182 983, selon les chiffres d'IMS-Canada, publiés en 1998. À l'époque, la nouvelle avait suscité un débat à l'Assemblée nationale. «Pourquoi le gouvernement péquiste choisit-il de donner des médicaments à nos enfants au lieu de leur donner des ressources?» demandait le critique libéral François Ouimet. Sa collègue Monique Gagnon-Tremblay avait renchéri en disant que le gouvernement ne pouvait accepter que les intervenants du milieu scolaire imposent aux enfants la «camisole de force chimique qu'est le Ritalin».

Les directeurs scolaires n'avaient pas aimé que certains les désignent responsables de la hausse de consommation de Ritalin. «Bien qu'il soit vrai que les équipes-écoles doivent de plus en plus faire autrement avec moins de ressources, nous n'accepterons jamais de pallier à l'absence de professionnels par l'encouragement à la consommation de médicaments.»

Dix-sept ans plus tard, les écoles et les commissions scolaires sont à nouveau sur la sellette. Certains les soupçonnent de repérer les élèves à risque pour obtenir plus de financement. D'autres leur reprochent de ne pas tolérer les enfants «tannants» et de les diriger vers la pharmacie pour faciliter la tâche des enseignants en classe. Le malaise ne s'est pas dissipé.

Une situation qui rappelle la nécessité d'un travail plus étroit entre le ministère de l'Éducation, le ministère de la Santé et des Services sociaux, le Collège des médecins et les ordres professionnels afin que chaque enfant et jeune adulte obtienne les services les plus adéquats à sa condition, avec ou sans médicament.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer