Appui bien naïf au Dr Barrette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les femmes médecins ont raison d'être en colère contre le Conseil du statut de la femme (CSF), qui appuie le projet de loi 20 du ministre Gaétan Barrette, même si celui-ci leur est défavorable. Toutes les Québécoises, infirmières, préposées aux bénéficiaires, secrétaires, enseignantes, avocates, mères au foyer ou coiffeuses devraient aussi être indignées et inquiètes qu'un organisme, censé défendre leurs intérêts, gobe aussi facilement le discours d'un ministre et ses promesses d'un meilleur accès au réseau de santé.

«Après mûre réflexion, le Conseil choisit de prioriser un meilleur accès des femmes aux services de santé en première ligne, plutôt que de défendre le droit d'un certain groupe professionnel gagnant des revenus élevés de réduire substantiellement ses heures de travail», a expliqué la semaine dernière en commission parlementaire la présidente du CSF, Julie Miville-Dechêne. Gaétan Barrette a trouvé sa présentation «assez extraordinaire» et surprenante. Et comment! 

Alors que les groupes se succèdent pour corriger et clarifier les chiffres sur lesquels s'appuie le ministre pour imposer des quotas aux médecins et réduire de 30 % la rémunération de ceux qui ne les atteindront pas, alors que plusieurs émettent des doutes (qu'on ne peut réduire à de simples réflexes corporatistes) sur les effets positifs qu'aura son projet, le CSF l'approuve quasi aveuglément, même si plusieurs éléments demeurent inconnus. C'est faire preuve d'une grande candeur.

C'est bien beau déclarer prendre le parti des malades - le ministre et les médecins le prétendent aussi-, encore faut-il avoir des garanties que le plan proposé se traduira par un meilleur accès à des soins de qualité. Le CSF n'en a pas, mais approuve tout de même ses grandes lignes. Qui plus est, il largue les femmes médecins même s'il reconnaît que celles-ci risquent d'écoper plus que leurs confrères. 

Ces professionnelles ne méritent pas la défense du CSF parce qu'elles touchent des revenus élevés? Le CSF n'avait pas à jouer un groupe de femmes l'un contre l'autre. Il pouvait très bien soutenir les deux au lieu de laisser entendre qu'au-delà d'un certain revenu annuel, il est tolérable qu'une décision ministérielle pénalise les femmes. 

Le Conseil s'en va où avec cette logique? Va-t-il acquiescer à des baisses de salaire dans le secteur public, un secteur où les femmes sont majoritaires, si un ministre leur dit que les économies ainsi réalisées pourront servir à donner plus de services aux femmes et aux filles dans les hôpitaux et les écoles? Les femmes vont-elles devoir calquer en tous points leur emploi du temps et leurs pratiques de travail sur ceux des hommes? Voire renoncer à la maternité si elles optent pour des professions exigeantes? 

Le Conseil ne semble pas réaliser qu'il existe encore des dinosaures. À Ottawa, un ministre de la Justice, Peter MacKay, a soutenu qu'il y avait moins de femmes juges parce que celles-ci craignent de s'éloigner de leur progéniture. À Québec, le ministre Barrette demande s'il serait pertinent d'imposer un ratio 50-50 hommes-femmes dans les facultés de médecine. «[...] la gestion des effectifs se fait en fonction des besoins, et il y a des biais qu'on n'avait pas vus dans le passé, puis qu'on voit aujourd'hui», a fait valoir le ministre. Environ 75 % des finissants en médecine sont aujourd'hui des femmes. Heureusement sur ce point, Mme Miville-Dechêne a évité le piège. 

Elle a néanmoins mis le pied sur un terrain glissant en ne défendant pas plus ardemment les femmes médecins. Des gestionnaires croient encore que l'embauche de femmes est plus risquée, car elles sont susceptibles de s'absenter pour des grossesses et pour veiller sur leurs proches. Le CSF doit faire avancer les femmes, favoriser leur autonomie financière, élargir leur choix de vie, et non le restreindre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer