Le bien de l'élève avant les économies

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'augmentation du nombre d'enfants étiquetés handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage dans les écoles mérite que Québec examine le dossier de près. Est-ce le résultat d'un meilleur dépistage, d'un surdiagnostic ou d'une astuce des commissions scolaires pour obtenir plus de financement? Tous les angles doivent être scrutés, mais en priorisant l'intérêt des enfants et non la recherche rapide d'économies.

La Presse indiquait la semaine dernière que le gouvernement Couillard veut revoir les modalités du financement des services destinés aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA). Québec y consacre plus de 2 milliards $ par année. C'est 20 % de nos ressources, précise le ministre Yves Bolduc. Dans le cadre des négociations avec les employés des écoles, le gouvernement souhaite également modifier les conventions collectives pour ne plus avoir à tenir compte de la présence des EHDAA dans la composition des classes et la fixation du ratio maître-élèves.

De quoi rendre anxieux le personnel, mais, surtout, les parents dont les enfants éprouvent des difficultés en classe et qui attendent - parfois désespérément - que l'école vienne à leur rescousse pour aider leur rejeton à progresser dans ses apprentissages et à cheminer d'une année scolaire à l'autre.

Le ministre affirme qu'il veut investir de plus en plus pour répondre à leurs besoins et que la réussite scolaire est «extrêmement importante» pour lui et son gouvernement. Si M. Bolduc avait une crédibilité en tant que ministre de l'Éducation, si son gouvernement se souciait de limiter les dépenses de l'État tout en mesurant bien les impacts de cette réduction à moyen et long termes, les Québécois pourraient être confiants.

Ce n'est malheureusement pas le cas. M. Bolduc accumule les gaffes, étale son manque de jugement et démontre une méconnaissance du milieu de l'éducation depuis sa nomination à la tête de ce ministère. Le discours officiel a beau être que les restrictions budgétaires n'affectent pas les services, sur le terrain, les effets se font sentir.

Difficile, dans ce contexte, de voir positivement les changements envisagés, de croire que le gouvernement ne brûlera pas les étapes et que le sort des élèves en difficulté va s'améliorer et non se détériorer.

Le ministre semble s'inspirer, du moins pour le diagnostic, du rapport Champoux-Lesage sur le financement, l'administration et la gouvernance des commissions scolaires. Ce comité d'experts a relevé, dans son rapport remis en mai dernier, que le nombre d'EHDAA a connu une hausse de 50 % entre 2001-2002 et 2011-2012. La proportion de ce type d'élèves dans les classes est passée de 12 % à 20 % durant cette période.

L'équipe Champoux-Lesage note aussi que la prévalence de certaines catégories gonfle de façon spectaculaire : 410 % pour les troubles envahissants du développement, 252 % pour la déficience langagière et 163 % pour les troubles relevant de la psychopathologie.

Les experts précisent ne pas avoir eu le temps d'étudier à fond toute la complexité du dossier et suggèrent plusieurs questions sur la hausse enregistrée. «Est-ce le résultat d'une évaluation plus précoce et plus accessible? Est-ce le fruit de critères dont l'appréciation varie selon les évaluateurs? Y aurait-il une forme de complaisance dans le diagnostic pour assurer des services? L'écart de la norme serait-il moins toléré? La validation effectuée par le ministère est-elle uniforme et fiable?»

De très bonnes questions auxquelles Québec ne peut fournir de réponses complètes et satisfaisantes sans analyse fine et en se contentant de modifier les conventions collectives et les règles de financement. Le phénomène est sérieux, traitons-le avec sérieux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer