BILLET

Entendez-vous les régions?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) M. Couillard, vous êtes bien sûr très occupé comme premier ministre, mais vous arrive-t-il parfois de relire le discours que vous avez prononcé en mai à votre arrivée à l'Assemblée nationale? Vous devriez le faire. Il contenait des passages porteurs d'espoir pour les gens des régions. C'était si beau à entendre. Huit mois plus tard, ce sont la grogne, l'inquiétude et la déception d'hommes et de femmes de la Gaspésie, de la Chaudière-Appalaches, de la Côte-Nord, de l'Abitibi et autres «là-bas» qu'on entend. Qu'est devenue votre sensibilité à l'égard de ceux et celles qui vivent hors de Québec et de Mont-réal? Vous souvenez-vous de Nancy Clark, des Îles-de-la-Madeleine?

Cette jeune femme, employée du centre communautaire de Grosse-Île, du moins en mars dernier, avait pourtant semblé inspirer votre engagement et devait influencer aussi le travail des députés. Vous avez même accueilli Mme Clark au Parlement pour qu'elle assiste à la lecture de votre discours inaugural. Comme le font les présidents américains pour montrer qu'ils sont près du «peuple», qu'ils sont connectés au «vrai monde».

Qu'avait-elle dit pour émouvoir un homme aussi cartésien que vous? Qu'elle voulait que tous les pêcheurs de sa famille puissent payer les factures parce qu'ils reçoivent un prix équitable pour le homard, que son frère ait des bateaux à construire de septembre à avril, que son autre frère, électricien, ne manque pas de travail. Mme Clark souhaitait aussi que ses amis reviennent «à la maison» parce que l'économie de la région s'est suffisamment diversifiée pour avoir besoin de leurs compétences. Elle rêvait d'acheter une maison le jour où elle n'aurait plus à s'inquiéter d'avoir un emploi d'une année à l'autre.

«Des mots simples, des inquiétudes bien concrètes auxquelles nous devons apporter des réponses», disiez-vous. «Bien sûr, on vient en politique pour des idées, pour exprimer notre vision de l'avenir du Québec mais avant tout pour les gens de chez nous.» Vous disiez même que la responsabilité des élus est de soutenir les familles afin qu'elles réalisent leurs projets, qu'elles puissent vivre là où elles le veulent, entourées de ceux qu'elles aiment. «Cela semble peu? Au contraire, c'est beaucoup.» En effet. Vous incitiez les députés à bien écouter celles et ceux qui les avaient élus.

Avouez qu'après de tels propos, le désenchantement des citoyens hors des milieux urbains est grand lorsqu'ils constatent que vos actions ne collent pas à votre beau discours. Ils ont l'impression d'avoir été bernés une fois de plus. Où peuvent-ils trouver leur part d'espoir lorsqu'ils voient des lieux de décision leur échapper, de bons emplois disparaître en santé et en éducation et qu'ils craignent que le développement de leur coin de pays soit décidé de Montréal ou de Québec?

Votre ministre Pierre Moreau juge que la coalition Touche pas à mes régions! ne comprend pas les visées du gouvernement. Que loin de centraliser, il fait un «exercice de décentralisation fantastique». Certains reconnaîtront dans ces propos la détestable supériorité dont semblent se croire dotées certaines personnes nées ou vivant «en ville». Ce n'est pas sur ce ton qu'une solution acceptable sera trouvée.

À votre retour de Davos, il faudra vous empresser de rétablir les ponts. Il y a assez d'opposants à vos politiques pour ne pas fournir à d'autres une raison de se joindre aux manifestations des organisations syndicales et étudiantes du printemps. Un passage d'une chanson de Félix Leclerc pourrait venir aux lèvres de certains. «La veille des élections, il t'appelait son fiston. Le lendemain comme de raison, y avait oublié ton nom.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer