Garderies à vitesse variable

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si la FTQ était seule à s'inquiéter de la commercialisation des services de garde au Québec, on pourrait toujours dire qu'il s'agit d'un autre volet de l'éternel débat sur les vertus du privé et du public. Mais lorsqu'une équipe de chercheurs universitaires vient dire à la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, qu'investir dans les garderies à but lucratif ne mène ni à la qualité ni à l'accessibilité pour les familles vulnérables, celle-ci devrait en tenir compte dans ses choix.

Il ne suffit pas d'avoir plus de places en garderie pour combler les besoins des familles. Il faut des places de qualité et non seulement des «parkings» pour les petits de 0 à 5 ans pour lesquels les parents payeront 7,30 $ ou plus par jour ou obtiendront un crédit d'impôt (500millions $ par an).

Malheureusement, on s'attarde beaucoup au tarif, à la création de places, aux places fantômes. Trop peu sur les objectifs que visait le Québec en développant des services de garde à contribution réduite, sur les moyens à préconiser pour les réaliser et sur un portrait juste des cibles atteintes. Le Québec consacre pourtant plus de 2 milliards $ par année pour cette mission.

Mieux concilier le travail et la famille, réduire le travail au noir, faciliter l'intégration des femmes et des assistés sociaux sur le marché du travail, mais aussi favoriser l'égalité des chances des enfants, qu'importe leur milieu d'origine, étaient les buts de la politique familiale.

La ministre Charbonneau indiquait encore la semaine dernière, à l'ouverture de la commission parlementaire chargée d'étudier son projet de loi 27, que plus de 15 ans plus tard, il fallait rendre le service un peu plus «optimal», qu'on regarde le financement et la façon dont on offre les services de garde. Mais quel est le sens que la ministre donne au mot optimal ?

Dans un mémoire soumis à la commission vendredi, l'équipe de recherche Qualité éducative des services de garde et petite enfance, qui regroupe des membres de différentes universités, souligne que «pour que l'argent consacré aux services de garde éducatifs à l'enfance soit un investissement rentable plutôt qu'une simple dépense, il ne doit pas seulement financer une place pour l'enfant, il doit financer une place dans un milieu de qualité». Plus tard, l'équipe soutient que «des décennies de recherche indiquent que l'on retrouve principalement ces hauts niveaux de qualité dans les services de garde régis sans but lucratif dont l'accès est universel»

Selon les chercheurs, il faut aussi prioriser la fréquentation des centres de la petite enfance (CPE) car ils sont plus favorables au développement des enfants et au bien-être de leur famille, notamment parce qu'ils constituent la porte d'entrée des services sociaux. Ils notent de plus que le personnel éducateur qualifié se trouve en plus grand nombre dans les installations en CPE. Le mémoire signale également que la proportion la plus élevée de plaintes de parents (70%) se concentre dans les garderies commerciales non subventionnées. Pour l'équipe de chercheurs, «les CPE sont les mieux placés pour assurer le développement optimal des enfants. Ils sont d'autant plus à privilégier pour les enfants issus de familles vulnérables.»

Ce constat tranche avec les choix des gouvernements Charest et Couillard. Depuis 2003, le nombre de places en garderies privées non subventionnées ou subventionnées a augmenté davantage que celles en CPE ou en milieu familial. La ministre est-elle capable d'assurer que les parents et les contribuables en ont pour leur argent, et que l'encadrement de son ministère sert bien les intérêts des enfants, qu'importe le statut de la garderie qu'ils fréquentent? Au-delà de la chicane entre le privé et le public, c'est ça que les parents veulent savoir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer