Prévenir le «BS»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mettre plus de «BS» aptes au travail à l'ouvrage et favoriser les stages en entreprise très tôt dans la formation scolaire. Ces deux objectifs du ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, susciteront l'adhésion de bon nombre de Québécois s'ils sont assurés que les besoins de main-d'oeuvre des entreprises ne prendront pas le dessus sur ceux des individus. La formation de base, celle qui permet à une personne de faire des apprentissages tout au long de sa vie, ne doit pas être escamotée.

Le Soleil annonçait cette semaine que le ministre Blais procéderait à des changements à l'aide sociale ainsi qu'à la formation professionnelle. Reste à savoir comment les projets du ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale s'arrimeront avec les actions du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, mais aussi, avec celles de la Famille, de la Santé et des Services sociaux. La complémentarité et la collaboration entre tous sont essentielles.

Faire de la prévention et prendre les moyens pour que de moins en moins de Québécois aboutissent au ministère de la Solidarité sociale pour y réclamer un chèque mensuel pour subvenir à leurs besoins, et, dans certains cas, pour en faire un mode de vie permanent, voilà où doivent être mises les énergies. Et non pas à traquer une minorité de fraudeurs - il serait moins de 5 % à l'aide sociale - qui «osent mendier» et ne pas déclarer leurs gains, ou partager à plusieurs un appartement.

Même si le ministre Blais peut obtenir des appuis faciles en disant qu'il serrera la vis aux assistés qui s'absentent trop souvent du pays ou qui disposent d'une maison de 500 000 $, il ne faut pas perdre de vue que cette réalité n'est pas celle de la majorité des bénéficiaires. Un petit logis, les soupes populaires, les friperies et la constante difficulté à joindre les deux bouts sont davantage le quotidien d'une personne vivant avec moins de 700 $ par mois. Le gouvernement Couillard doit se concentrer sur ce qui compte, sur les «vraies affaires».

Faut-il rappeler que 73 % des jeunes assistés sociaux n'ont obtenu aucun diplôme? Pas de diplôme d'études secondaires terminé, pas de diplôme d'études professionnelles ni d'attestation de spécialisation professionnelle qui leur permettraient de se présenter avec confiance devant d'éventuels employeurs. Ils ont décroché. Dans certains cas, à cause de difficultés d'apprentissage ou d'adaptation. D'autres, à cause d'un milieu familial inapproprié. Les services de garde, les écoles primaires et secondaires, les services sociaux et de santé ont un rôle majeur à jouer pour limiter le nombre de futurs assistés.

Faut-il rappeler également que près de 50 % des Québécois de 16 à 65 ans éprouvent de grandes difficultés à lire et à comprendre des consignes simples? Comment s'étonner que certains doivent se tourner vers l'État pour assurer leur subsistance, et ce, même après avoir occupé un emploi pendant plusieurs années. Le jour où leur entreprise ferme, certains se retrouvent devant rien et leur formation incomplète ou dépassée ne leur permet pas de trouver facilement un autre emploi.

D'où l'importance que le ministre de l'Éducation soit alerte et prenne sa place et qu'il ne laisse pas le ministre de l'Emploi et les entreprises déterminer entre eux seulement ce que doit constituer une bonne formation. Oui, il faut combler des besoins de main-d'oeuvre. Oui, il serait avantageux de développer plus de stages rémunérés, mais il faut aussi avoir une vision à plus long terme.

Les assistés sociaux qu'on veut intégrer au marché du travail, de même que tous les jeunes et les adultes qui recevront une formation professionnelle payée par l'État, doivent demeurer mobiles et acquérir des habiletés qui pourront leur servir dans plus d'une entreprise. Sans cela, tout sera toujours à recommencer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer