L'échec canadien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le flot de réfugiés fuyant la violence n'en finit plus de grossir. On peut parler d'une crise humanitaire, devant laquelle les efforts déployés par le Canada sont insuffisants, quand ils ne sont pas carrément nuisibles.

L'exode auquel assistent les pays européens rappelle celui des boat people, qui avait suivi la fin de la guerre au Viêtnam. Au cours de la dernière semaine, la marine italienne a dû intervenir pour empêcher le naufrage de deux «bateaux-fantômes» dans lesquels étaient entassés des centaines de réfugiés, que les trafiquants avaient tout simplement abandonnés à leur sort.

Il s'agit d'un nouveau procédé qui témoigne d'une dégradation, constate le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui voit les immigrants sans papiers arriver maintenant par cargos entiers. Les réfugiés qui tentent la traversée de la Méditerranée se comptent maintenant par centaines de milliers. Leur nombre aurait triplé en 2014, passant de 60 000 à plus de 200 000. Le nombre de pertes de vie augmentait encore plus pendant la même période, avec 600 décès enregistrés en 2013, contre 3400 pendant l'année qui vient de s'écouler.

Le mois dernier, le HCR avait déjà sonné l'alarme à propos du nombre grandissant d'expatriés qui tentaient de trouver le salut à bord de navires de fortune dans tous les pays côtiers touchés par la violence et la misère. Il y en aurait plus de 350 000 à travers le monde.

On dénombrait, en 2014, plus de 700 000 demandes d'asile dans les 44 pays industrialisés, un sommet en 20 ans. Seulement entre février et juillet, la hausse du nombre de demandes enregistrées chaque mois atteignait près de 30 %.

Jamais, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avons-nous vu autant de gens forcés de tout abandonner en raison de conflits armés, de violence ou du crime. Dans un texte qu'il publiait peu avant Noël, le directeur exécutif de Médecins Sans Frontières Canada, Stephen Cornish, déplorait que notre pays, qui s'est bâti en large partie grâce à l'immigration, se montrait plus enclin à ériger des barrières qu'à redoubler d'efforts pour répondre à ces crises humanitaires.

Le nombre de réfugiés que nous accueillons doit augmenter si nous voulons être en mesure de faire notre part afin d'offrir une terre d'asile aux familles qui ont dû fuir leur pays, mais le contraire qui se produit.

La Syrie à elle seule constitue aujourd'hui le plus grand bloc de demandeurs d'asile. En 2012, 5 % des réfugiés provenaient de ce pays, ravagé par une guerre meurtrière. Cette proportion n'a cessé d'augmenter depuis, atteignant 18 % en juin dernier, avec pas moins de 10 000 demandes en un seul mois. En comparaison, le nombre de réfugiés syriens accueillis au Canada est dérisoire.

À peine 2 % des réfugiés syriens ont l'espoir de trouver refuge dans un pays industrialisé, soulignait Stephen Cornish. Comment s'étonner alors qu'ils soient si nombreux à tenter le tout pour le tout dans une traversée désespérée?

Devant cette tragédie, le gouvernement canadien se montre plus pressé de réaliser des économies que d'intensifier son aide. Les conservateurs ont coupé les soins de santé aux demandeurs d'asile, réclament des frais à des réfugiés qui n'ont pas les moyens d'assurer leur transport jusqu'ici ou bien durcissent les critères d'accueil.

Pendant la première moitié de 2014, les États-Unis ont enregistré près de 50 % plus de demandes de réfugiés que deux ans plus tôt, en 2012. À travers le monde, le nombre de demandes a augmenté de près de 60 %, mais pendant la même période, le nombre de demandes enregistrées au Canada a diminué, lui, de près de 50 %.

Si c'est ça l'objectif de notre politique, elle fonctionne. Mais humainement, c'est un échec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer