Distinguer le bien du mal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ceux qui doutaient du système canadien de justice ont été rassurés mardi par le verdict de culpabilité rendu par le jury au procès de Luka Rocco Magnotta. Il ne suffit pas d'alléguer des troubles mentaux pour échapper à l'emprisonnement et être reconnu non criminellement responsable. Tant mieux si certains retrouvent ainsi confiance. Le public doit cependant garder en tête que chaque cas est unique.

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a salué le verdict rendu par huit femmes et quatre hommes et déclaré que ce procès fera histoire. «Il va à l'encontre de la tendance des dernières années qui dit que la maladie mentale fait que l'accusé est automatiquement non criminellement responsable».

M. Boisvenu ne rate jamais une occasion de faire valoir son point de vue. Malheureusement, il déforme les faits. Il est faux de prétendre que la maladie mentale d'un accusé conduit automatiquement à un verdict de non-responsabilité criminelle.

Certes, le cas très médiatisé de l'ex-cardiologue Guy Turcotte, reconnu non criminellement responsable du meurtre de ses deux jeunes enfants, a étonné et choqué bon nombre de personnes et laissé croire à certaines d'entre elles qu'il suffisait de se payer de bons avocats, de plaider la folie et d'être habile à convaincre les jurés pour éviter la prison. Des nuances s'imposent.

D'autres individus qui ont commis des gestes odieux, d'une violence extrême et indigne d'un humain, se sont retrouvés derrière les verrous même si leurs avocats ont plaidé des troubles mentaux et réclamé un verdict de non-responsabilité criminelle. La Presse relatait samedi quelques cas.

Ainsi, Miloslav Kapsik, qui avait déjà souffert d'une sévère dépression, a tué sa femme en 2010 en la frappant de 100 coups de marteau à la tête. Il a été condamné à la prison à vie pour meurtre non prémédité. Elaine Campione a été condamnée quant à elle pour meurtre prémédité pour avoir noyé ses deux fillettes de trois ans et 19 mois. Même si la mère avait un diagnostic de personnalité limite et de stress post-traumatique, les jurés ont conclu qu'elle savait au moment du meurtre différencier le bien du mal. Francis Proulx a également été condamné à la prison à vie même s'il liait le meurtre de Nancy Michaud à l'influence de médicaments. Chaque cas est unique.

Il faut aussi rappeler que les accusés reconnus non criminellement responsables sont très rares - environ 0,2 % des affaires criminelles - et qu'ils ne retrouvent pas automatiquement une entière liberté. Ils prennent le chemin des ailes psychiatriques, des instituts de santé mentale, comme Philippe-Pinel, à Montréal. Certains pour le reste de leur vie. D'autres regagnent peu à peu une liberté, mais à certaines conditions. Certains, comme Guy Turcotte, qui jouit d'une liberté conditionnelle, peuvent devoir subir un deuxième procès. Répétons-le, chaque cas est unique.

Dans celui de Magnotta, les jurés n'ont pas retenu la défense de troubles mentaux l'empêchant de distinguer le bien du mal lorsqu'il a tué et démembré Lin Jun, en mai 2012. Après 11 semaines de témoignages, d'expertises psychiatriques, d'explications complexes et huit jours de délibérations, ils jugent Magnotta coupable. Il souffre certainement d'un trouble de personnalité axé vers le sadisme et l'histrionisme, lequel toutefois ne l'empêchait pas de discerner le bien du mal. Six mois avant sa rencontre avec Lin Jun, il avait en effet planifié de tuer un humain. Le meurtre commis, il a fait preuve d'un sens de l'organisation qui ne va pas habituellement de pair avec le comportement d'une personne en état de psychose.

Mardi, l'avocat de Magnotta, Luc Leclerc, a souhaité que le premier ministre Harper consacre des fonds à la santé mentale plutôt qu'à l'agrandissement des prisons, afin d'éviter que les cas non traités aboutissent à des résultats tragiques. On ne peut que lui donner raison.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer