Les élèves cobayes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les négociations qui s'amorcent entre le gouvernement du Québec et les syndicats de l'enseignement donnent encore la désagréable impression que les élèves seront utilisés comme cobayes. On avance et on recule à tâtons, par essais et erreurs, selon les dadas et les impératifs budgétaires du moment.

Une majorité d'enfants s'en tirent très bien malgré tout. Mais ceux de milieux défavorisés, ceux qui souffrent d'un handicap ou qui éprouvent des difficultés d'adaptation et d'apprentissage - et ils sont de plus en plus nombreux dans les classes des écoles publiques - risquent encore d'écoper du manque de vision et de persévérance des adultes.

Que le premier ministre Philippe Couillard annonce que son très contesté ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, présentera en début d'année la vision gouvernementale de l'éducation pour 2020-2025 est loin de dissiper les craintes. Il ne suffit pas de formuler des phrases creuses telles que «l'éducation n'est pas un service public comme les autres», que «la classe et l'école seront le point central du système d'éducation» et que «l'appareil administratif sera en soutien». Des apprentissages et un diplôme ne s'acquièrent pas avec du verbiage.

L'école du futur de M. Bolduc arrive après l'État du XXIe siècle du ministre Martin Coiteux. Comme si se projeter au-delà de 2015-2016 rendait les compressions actuelles toutes pertinentes.

On peut comprendre M. Couillard de vouloir se distancer du gouvernement Charest marqué par des allégations de collusion, de corruption et de pratiques de financement discutables. Mais rien ne justifie de rayer aveuglément tout ce que celui-ci a pu faire en éducation entre 2003 et 2012. Évidemment, on ne pense pas ici à son emballement pour les tableaux blancs interactifs et à l'imposante hausse des droits de scolarité.

Il faut néanmoins reconnaître que les ministres sous le règne Charest - Michelle Courchesne et Line Beauchamp - se préoccupaient des élèves et non seulement de remplir les commandes du Conseil du trésor et des Finances. Le ratio maître-élèves a été abaissé dans l'objectif d'accroître la réussite scolaire. Le défi que posait et que pose toujours l'intégration en classe ordinaire des enfants handicapés ou en difficulté d'adaptation et d'apprentissage (EHDAA) a également été saisi et traduit dans des règles budgétaires et en annexe d'une convention.

Le gouvernement remet aujourd'hui tout ça en question dans le cadre du renouvellement des contrats de travail. La réduction des dépenses semble son unique objectif, bien qu'il essaie de nous convaincre qu'il vise du même coup la réussite des enfants. Difficile de le croire lorsque son argumentation semble reposer uniquement sur le rapport du comité d'experts sur le financement, l'administration, la gestion et la gouvernance des commissions scolaires, que présidait Pauline Champoux-Lesage. Ce rapport n'est pourtant pas une bible sur les meilleures approches pour mener le plus grand nombre d'enfants vers la réussite.

On y lit cependant que la croissance des ressources investies pour les EHDAA a été de 114 % entre 1998 et 2013. Pourquoi? Parce que la proportion des EHDAA dans les écoles est en hausse - elle est passée de 12 à 20 % entre 2001 et 2012, tandis que celle des enfants «ordinaires» baisse - et que Québec a décidé d'y consacrer des sommes additionnelles.

En 2010, cela n'est pas «une autre époque», les acteurs de l'éducation, qui sont rarement du même point de vue, identifiaient l'intégration des EHDAA dans les classes ordinaires comme le problème numéro un de l'école publique.

Il est sûrement possible de faire un meilleur usage des fonds consacrés à ces milliers d'enfants. Ce serait cependant irresponsable de faire comme si leur présence n'affectait pas la classe et le travail de l'enseignant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer