L'arrogance du ministre Moreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des maires voient de l'ingérence et de l'abus de pouvoir dans la menace du ministre Pierre Moreau de couper les transferts gouvernementaux aux municipalités qui attribueront leurs hausses de taxes au pacte fiscal. Ils ont raison. L'arrogance et la suffisance semblent devenir la marque de commerce du gouvernement Couillard. C'est inquiétant. Il ne peut tout se permettre au nom de l'assainissement des finances publiques.

Le ministre des Affaires municipales tente de se présenter comme le défenseur des contribuables. Il faudrait être dupe, bien «crétin» ou une «valise» pour utiliser ses mots, pour ne pas voir que ce qu'il défend avant tout, ce sont son image et sa réputation, et celles de son gouvernement.

Selon certains calculs, les familles québécoises devront assumer plus de 1300 $ de frais supplémentaires à cause des décisions des libéraux (hausses des frais de garde, d'électricité, d'immatriculation, d'assurance, d'essence). Manifestement, M. Moreau et ses collègues veulent éviter de porter le poids des hausses de taxes municipales. La façon dont ils s'y prennent est cependant cavalière. D'autant plus qu'elle s'ajoute à des décisions autoritaires et centralisatrices d'autres ministres en santé, en éducation et au Conseil du trésor.

Il était évident mercredi en conférence de presse que ce n'était pas tant les hausses de taxes décrétées à Laval et à Longueuil qui indisposaient M. Moreau, mais bien que les maires de ces deux villes - des péquistes - les justifient en partie par le pacte fiscal conclu entre Québec et les municipalités. Un pacte transitoire qui prive les villes de 300 millions $.

Or, il y a des choses que les municipalités ne peuvent pas dire. Surtout pas d'un ministre et d'un gouvernement qui viennent de leur enlever une épine du pied en imposant une réforme des régimes de retraite. Comme d'autres ministres soutiennent que les coupes n'ont aucun effet sur les services, M. Moreau estime que son pacte a été conçu pour n'avoir aucun effet sur les contribuables. Pour que le message véhiculé soit celui-ci, il a invité Laval et Longueuil à refaire leurs devoirs et a menacé tous les autres élus qui pourraient les imiter, qu'il retiendrait les transferts. Si cela n'est pas du chantage, qu'est-ce que c'est?

Oubliez les beaux discours sur le partenariat, l'autonomie et les gouvernements de proximité. M. Moreau se donne le droit d'imposer sa ligne et ses choix à d'autres élus qui ont pourtant, et très légitimement, la responsabilité d'établir et d'adopter le budget de leur municipalité. Si les contribuables sont insatisfaits de leur administration locale, ils le feront savoir en choisissant quelqu'un d'autre à la mairie et aux postes de conseillers aux prochaines élections. Ce n'est pas du ressort du député de Châteauguay et du ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire. Chacun sa cour, même si le contribuable sait pertinemment que les factures que se relancent Ottawa, Québec et les municipalités aboutissent chez lui.

M. Moreau a bien sûr le droit de critiquer les choix des maires. Il peut penser qu'ils pourraient utiliser leur surplus. Il peut aussi déplorer que certains ne réduisent pas suffisamment leurs dépenses. Entre 2007 et 2012, les dépenses des municipalités ont augmenté en moyenne de 5,8 %, alors que celles du gouvernement l'étaient au rythme de 3 %, a relevé la commission Robillard.

Mais ce sont les choix d'élus, et ceux-ci auront à les défendre. Comme c'est le choix du gouvernement Couillard d'atteindre le déficit zéro en 2015-2016 alors que d'autres provinces ont reporté cet objectif en 2017 ou en 2018. La précipitation des libéraux compromet la croissance économique du Québec selon plusieurs économistes. Il devrait éviter de compliquer la situation en multipliant bien inutilement les lieux de confrontation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer