Le crime impuni

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le rapport d'une commission du Sénat est on ne peut plus clair : les États-Unis ont torturé plus d'une centaine de prisonniers - sans compter ceux de Guantanamo- pendant des années. Ce crime, s'il reste impuni, est une négation des valeurs que prétend défendre notre puissant voisin.

Une semaine après les attentats du World Trade Center, la Maison-Blanche autorisait l'Agence centrale du renseignement (CIA) à mettre sur pied un programme de capture et de détention, pour quiconque était jugé comme une menace à la sécurité du pays.

Le rapport explique que dès novembre 2001, les dirigeants de l'Agence cherchaient les moyens de contourner la Convention de Genève et d'échapper aux inspections de la Croix-Rouge. Ils ont élaboré une doctrine fallacieuse, imaginaire, par laquelle deux institutions-clés de l'État, la Maison-Blanche et la CIA, ont cru pouvoir se placer au-dessus du droit international et des droits de la personne.

Les hauts dirigeants de la CIA ont menti aux élus du Congrès, et au pays tout entier. De son côté, la Maison-Blanche a tout fait pour éviter que le président Bush et le secrétaire d'État Colin Powell soient officiellement informés de ces pratiques. Mais tout cela n'atténue en rien leurs responsabilités dans cette tragique mascarade.

On se retrouve devant ce que le système politique américain peut faire de mieux, avec ce rapport volumineux écrit par des sénateurs démocrates, qui se sont donné la mission de sauver l'âme de leur gouvernement. Mais cet épisode révèle aussi ce qu'il peut faire de pire quand un noyau d'individus en autorité décident que leurs fins justifient tous les moyens.

La commission, présidée par Dianne Feinstein, a accompli un travail remarquable en exposant non seulement l'horreur des violations qui ont été commises, mais aussi en révélant l'étendue de la bêtise, la stupidité de ceux qui ont érigé cette monstruosité en système.

Pour cela, les auteurs du rapport ont pris soin de démontrer que les informations les plus importantes et crédibles ont été obtenues avant tout usage de la torture; que les informations données par la suite sous la torture ont envoyé des centaines d'agents sur de fausses pistes, car les prisonniers étaient prêts à dire n'importe quoi pour faire cesser les mauvais traitements; que les responsables de la CIA se sont entêtés à écrire leurs propres règles, ignorant les spécialistes de l'armée, du FBI et même leurs propres experts, qui tous jugeaient que leur programme ne pouvait que mener à un cul-de-sac.

La question qui se pose désormais est celle-ci : ce rapport forcera-t-il les responsables à rendre des comptes, ou est-il au contraire la fin du processus? S'il n'y a ni blâme ni châtiment, il faudra conclure qu'aucun crime n'a été commis. Et là, ce gâchis prend des proportions encore plus inquiétantes.

Il n'y a pas que la réputation des États-Unis qui en souffrira. Cet épisode, ajouté à l'aberration que représente le «goulag» de Guantanamo, ne peut qu'entraîner un recul des valeurs humaines et démocratiques à l'échelle mondiale.

On ne pourra pas se fier au gouvernement Obama pour traîner les responsables en justice. La déclaration du président, à la suite de la publication du rapport, évite soigneusement le mot torture pour décrire le programme mis sur pied par la CIA. M. Obama a beau être celui qui a officiellement mis un terme au programme, il est aussi celui qui a multiplié les assassinats, sans aucune forme de procès, de ceux que son administration considère comme des ennemis.

La torture est un crime qui relève de la compétence universelle, a rappelé le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme et la lutte contre le terrorisme. Les auteurs peuvent être poursuivis dans tout pays où ils se rendront. Mais qui osera se mettre à dos Washington?

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer