Le chasseur de primes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les cadres de la santé et des services sociaux ont appris la semaine dernière qu'un amendement apporté au projet de loi 10, sur la réforme des structures, allait entraîner une diminution des indemnités de fin d'emploi auxquelles ils et elles avaient normalement droit, jusqu'ici.

L'indemnité, qui pouvait représenter 24 mois de salaire, est coupée de moitié et ramenée à un maximum de 12 mois. L'Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux (AGESSS) s'insurge contre cette mesure qu'on qualifie d'incohérente, puisqu'elle incitera les gestionnaires à rester au travail, au moment où le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dit vouloir réduire l'encadrement dans le réseau.

Le ministre avait évoqué l'élimination de 1300 postes de cadres d'ici trois ans. Si un grand nombre de ces gestionnaires encaissent deux ans de salaire en échange de leur départ, adieu les économies, du moins à court terme. Une dizaine de départs représente environ 2 millions $ en indemnités, pour un salaire annuel de 100 000 $. À ce prix, ça monte vite, surtout quand l'objectif est de diminuer les dépenses, non de les augmenter. Sur ce plan-là, M. Barrette est plutôt cohérent.

Son problème en est moins un de cohérence que de crédibilité. Peu de gens ont oublié que M. Barrette a lui-même reçu une généreuse indemnité de 1,2 million $ de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), quand il s'est lancé en politique, il n'y a pas si longtemps.

À cette époque, c'est-à-dire au début de l'année, il ne voyait que d'excellentes raisons à cette pratique, grâce à laquelle il avait droit à trois mois de salaire pour chaque année de service. C'est un choix qu'avaient fait les médecins eux-mêmes, expliquait-il. «Ça vient de leurs poches.»

Maintenant qu'il occupe le poste de ministre, peut-être réalise-t-il que la distance qui sépare la poche du contribuable de celle du médecin est à peu près la même qu'entre ce même contribuable et un gestionnaire en santé.

Cela dit, les cadres de la santé auront du mal à susciter la sympathie du public, étant donné l'importance des coupes décrétées par le gouvernement de M. Couillard. L'indemnité en question permettait à un cadre d'éviter la pénalité actuarielle, de 4 % par année avant 60 ans, sur sa rente et de partir avec l'équivalent de 70 % de son salaire. Ceci à une époque où les gouvernements parlent de repousser l'âge de la retraite au-delà de 65 ans, ce qui est déjà chose faite au fédéral.

Dans cette optique, la mesure est sans doute justifiable, mais on voit mal comment M. Barrette pourra prendre le micro pour la défendre, sans qu'on lui offre en même temps un miroir.

Le président par intérim de l'AGESSS plaide que le système de rémunération des gestionnaires, ainsi que leur classification, est désuet et doit être mis à jour, comme on l'a fait pour les hors-cadres et les directeurs généraux. Et, pourrait-on ajouter, pour les médecins spécialistes. Cela montre assez clairement où réside le pouvoir dans ce réseau. Un gestionnaire pèse beaucoup moins qu'un médecin, c'est le moins qu'on puisse dire.

L'autre question qu'on devrait tous se poser, c'est quel sera l'impact de cette réduction annoncée d'effectifs en santé? Les arguments invoqués pour justifier la réforme en cours évoquent ceux utilisés par le gouvernement du PQ en 1997 pour justifier la mise à la retraite anticipée de milliers de travailleurs en santé, même si l'exercice en cours est loin d'avoir la même ampleur.

Les retraites anticipées de 1997 sont aujourd'hui remplacées par une centralisation massive. Si l'histoire nous a appris quelque chose, c'est qu'une réforme dictée par des restrictions budgétaires a de sérieuses chances de déraper. Il faudrait s'en souvenir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer