Les médecins à l'ouvrage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est fou comme un changement de siège peut transformer le discours d'un homme. Lorsqu'il était président de la Fédération des médecins spécialistes, Gaétan Barrette fustigeait ceux qui disaient que la rémunération des médecins était trop élevée par rapport à leur productivité. Il les invitait à évaluer l'impact d'une foule d'éléments avant de tirer une telle conclusion. Devenu ministre de la Santé, M. Barrette fait à son tour fi de certaines réalités avec son projet de loi 20 qui réduira la rémunération des professionnels qui n'ont pas le profil de pratique désiré.

Comme pour son projet de loi 10, contesté de toutes parts et auquel il a soumis hier 160 amendements, M. Barrette ne voit que du bon à son projet de loi 20 favorisant l'accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée. 

On peut en effet se réjouir d'entendre dire que «nous ne dépenserons pas plus d'argent sans garantie de résultats», que «l'équilibre doit revenir entre les spécialistes et les médecins de famille», que les médecins de famille recevront plus de patients à leur clinique (y compris quand les patients sont vraiment malades) pour éviter qu'ils se retrouvent à l'urgence.

Mais le ministre use-t-il des bons moyens pour remplir ces objectifs? Une fois de plus, il opte pour l'approche autoritaire et bulldozer. Il brandit le bâton. Les fédérations de médecins sont sur un pied de guerre. Les choses sont mal parties. M. Barrette risque de se faire servir des arguments qu'il a utilisés dans un passé fort récent.

En février, en tant que représentant des spécialistes, M. Barrette signalait publiquement au chercheur Damien Contandriopoulos qu'il était fallacieux de mettre en cause la productivité des médecins sur la base des augmentations octroyées ces dernières années. 

«Les médecins n'ont-ils simplement qu'un objectif de revenus prédéfini, ajustant ainsi à la baisse leurs volumes d'activités lors d'augmentations significatives?» M. Barrette jugeait la question du chercheur intéressante, mais estimait qu'avant d'y répondre, la démarche scientifique exigeait d'identifier et d'évaluer l'impact d'une foule d'éléments.

«Par exemple, le chercheur s'est-il interrogé sur l'impact des changements démographiques, la féminisation, sur la prestation de soins? Non. A-t-il recherché une tendance à un changement d'attitude générationnel s'étant déjà manifesté avant cette période? Non. Alors qu'il est connu que les ressources physiques et techniques à l'hôpital n'augmentent pas au Québec, qu'elles sont même de plus en plus limitées et qu'au même moment, les effectifs médicaux, eux, augmentent sans cesse, s'est-il intéressé à l'impact de la stagnation des ressources sur la productivité? NIET! Pas un mot, pas une donnée. Des programmes de congés parentaux ont-ils été instaurés? Et ainsi de suite.»

M. Barrette va-t-il fournir les réponses pour nourrir le débat? Vendredi, il a semblé figer dans le temps en disant qu'on s'attend à un volume d'activité des gens qui entrent en médecine, «c'est comme ça que la planification a toujours été faite». Or, on n'est plus au temps du Dr Marcus Welby qui travaillait 75 heures par semaine pendant que son épouse s'occupait des enfants. On n'est plus au temps où les médecins n'avaient pas l'obligation de faire des heures à l'hôpital. La population a aussi considérablement vieilli et les maladies chroniques se sont accrues. D'autres professionnels de la santé, notamment les infirmières, les nutritionnistes, les pharmaciens, sont aussi à même d'alléger la charge des médecins au profit des patients.

Oui, l'organisation du travail doit être revue, la prise de rendez-vous modifiée - et cela est possible -, pour tenir compte des besoins réels des malades. Mais tout cela doit se faire selon les réalités de 2014 et non en incitant bêtement les médecins à faire du volume pour toucher leur pleine paye.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer