La rigueur fout le camp

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que le gouvernement ne jure que par la rigueur, il est assez paradoxal qu'il consacre 3,8 millions $ à la commission Robillard qui en fait si peu preuve dans son premier rapport. Les choix cruciaux que Québec s'apprête à prendre ne peuvent se baser sur une analyse sommaire et sans évaluation solide des impacts découlant du retrait de certains programmes. Le gouvernement Couillard prend déjà des risques en maintenant son objectif d'équilibre budgétaire en 2015-2016. Tentons de limiter les dégâts en regardant un peu plus loin et en mettant la théorie et l'idéologie de côté.

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a réitéré lundi que le gouvernement n'avait pas l'intention de dévier de son objectif budgétaire. Il prépare les esprits à d'autres choix difficiles - qu'il qualifie de structurants - pour très bientôt. Il parle de geste historique, de courage. Le tout bien sûr pour assurer la prospérité collective et celle des générations qui nous suivent. Vraiment?

L'effet libéral sur l'économie est loin d'être positif jusqu'à maintenant. Des réformes annoncées dans le réseau de la santé, dans celui de l'éducation et dans celui des services de garde laissent aussi présager des effets peu désirables. Avec le rapport Robillard, d'autres signaux d'alarme s'allument, notamment dans le milieu de l'agriculture et des municipalités. Le «repositionnement» de l'action de l'État va profiter à qui finalement en bout de piste?

Québec est-il en train de créer d'autres problèmes en voulant atteindre le déficit zéro? Des gens qui ont tout aussi à coeur que les libéraux l'assainissement des finances publiques remettent en question leur façon de procéder. C'est le cas de Pierre Fortin, économiste et professeur émérite de l'UQAM, qui craint une récession pour 2016 si Québec s'entête à réduire trop rapidement les dépenses gouvernementales et la dette. Il prône la rigueur, non la précipitation. Sage conseil.

Le premier rapport de la commission Robillard montre bien que la précipitation risque de mener à des choix plus ou moins judicieux. Les secteurs de l'éducation, de la santé et des services sociaux sont ceux qui accaparent la plus grande part des dépenses de l'État. Mais faute de temps et devant la complexité des deux réseaux, les commissaires n'y touchent pas, si ce n'est pour les services ambulanciers, le financement des écoles privées et les droits de scolarité des étudiants étrangers.

Et encore, on voit bien qu'ils ont évité certains points délicats. Les commissaires rejettent notamment une révision du financement des écoles privées. Ils mettent en garde le gouvernement contre une prise de décision précipitée, estimant qu'il faudrait des études plus approfondies pour évaluer les effets d'une diminution des subventions sur les transferts de clientèles au secteur public.

En fait, ce type de mise en garde pourrait s'appliquer à toutes les recommandations. La Commission guide en effet la plupart de ses choix sur un indicateur, les écarts de dépenses existant entre le Québec, l'Ontario et d'autres législations. Elle admet cependant que l'explication des écarts nécessiterait, là aussi, une étude plus approfondie. C'est le moins qu'on puisse dire.

«L'importance des services publics offerts par l'État à la population québécoise résulte de choix collectifs, effectués par les citoyens et s'appuyant sur un certain nombre de valeurs», rappelle également la Commission.

Or, en révisant ces choix collectifs sur la seule base du déficit zéro et sans avoir clairement annoncé ses intentions et ses orientations en campagne électorale, le gouvernement Couillard contribue à la grogne, à la résistance, à des manifestations. Cette formule n'est pas gagnante.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer