La langue du premier ministre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le français perd de l'influence dans les échanges et les institutions internationales au profit de l'unilinguisme anglais, constate l'Organisation internationale de la Francophonie dans un rapport rendu public jeudi. Un constat qui devrait inciter le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à ne pas mettre la langue française totalement de côté la prochaine fois qu'il prendra la parole à l'étranger. Et ce, qu'importe «l'importance» qu'il accorde au sujet abordé.

Si les dirigeants politiques ne donnent pas l'exemple et ne valorisent pas l'usage de la langue française sur toutes les tribunes possibles, qui sentira l'obligation de le faire? Le premier ministre du Québec a raté une belle occasion la semaine dernière en prononçant uniquement en anglais son allocution à la conférence Arctic Circle, à Reykjavík, en Islande.

Impair, insensibilité, inconscience? Une chose est sûre, les raisons évoquées par M. Couillard pour justifier l'usage exclusif de l'anglais sont fort discutables et l'incompréhension et la déception demeurent chez bien des Québécois.

Le premier ministre rappelle que toutes ses interventions en Chine, où il se trouvait avant de se poser en Islande, se sont faites en français et étaient traduites simultanément. Or, il n'y avait pas de traduction simultanée à la conférence de Reykjavík. D'où la décision de M. Couillard de s'adresser à la salle uniquement en anglais. L'histoire ne dit pas si son personnel a formulé une demande pour obtenir le service de traduction.

Qu'un ancien premier ministre français et que le président de l'Islande aient eux aussi prononcé des discours en anglais n'explique pas pourquoi le premier ministre d'une province où la langue officielle est le français - et qui fait toujours partie d'un pays où une des deux langues officielles est le français - a choisi de ne pas dire un seul mot dans la langue de Molière. Il aurait pu très bien le faire sans perdre l'intérêt de son auditoire. D'autant plus que M. Couillard s'exprime très bien dans les deux langues.

C'est lorsqu'il affirme que l'usage exclusif de l'anglais s'imposait parce qu'il s'agissait d'une intervention importante sur le développement économique et que «c'est une bonne chose que le monde nous comprenne» que la logique du premier ministre est inquiétante. Comme si le français méritait seulement d'être utilisé pour discuter de sujets mineurs et secondaires, à la maison et sur le territoire du Québec. Comme si les francophones du Québec n'avaient pas démontré depuis des décennies qu'ils s'y connaissaient «en affaires» et qu'ils n'étaient plus confinés aux rôles de subalternes et de porteurs d'eau.

«Tout le monde sait que le Québec est francophone. Si on est rendu au point où il faut dire aux gens que le Québec est francophone, on a un problème», soutient de plus M. Couillard. Plusieurs aimeraient bien comme lui qu'il en soit ainsi, mais ce n'est pas la réalité. D'où la nécessité que le premier ministre du Québec le rappelle constamment.

Le problème est plutôt que le chef libéral ne le sache pas et qu'il refuse de reconnaître qu'il a manqué à son devoir de premier ministre de bien indiquer que le Québec est francophone. Le problème est aussi que ce n'est pas la première fois que les propos de M. Couillard étonnent sur le dossier de la langue. Espérons qu'il saura faire preuve de plus de discernement lors de ses autres visites à l'étranger. Espérons également que ses réflexes pour défendre et promouvoir le français deviendront plus aiguisés.

TransCanada, promoteur de l'oléoduc Énergie Est qui passera sur le territoire québécois, a déposé 30 000 pages de documents rédigés presque uniquement en anglais à l'Office national de l'énergie. Le ministre libéral des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a déclaré que ce n'était peut-être pas une faute légale, mais que cela manquait de sensibilité. Qu'en pense son chef?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer