Ce que le 5 % ne dit pas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec un taux de participation de moins de 5 %, il est indéniable que les élections scolaires indiffèrent les Québécois. C'est l'unique certitude. Est-ce que ces derniers souhaitent pour autant l'abolition ou la fusion des commissions scolaires, un transfert de responsabilités de celles-ci aux municipalités, des pouvoirs accrus aux écoles ou au ministre, l'abandon de la taxation scolaire et de toute représentation? Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, doit tirer les bonnes conclusions et éviter d'improviser une réforme qui ne sera en rien une promesse d'économies, de meilleurs services et de plus grande réussite des élèves.

Le ministre Bolduc n'a pas brillé encore pour la clarté de son message lundi, en conférence de presse. «Ce que l'on veut, c'est décentraliser, ramener plus de pouvoirs et de décisions au niveau de la classe et aussi entre l'enseignant et l'élève, et également permettre aux commissions scolaires de pouvoir, justement, laisser un peu plus de... comme de pédagogie au niveau de la classe et au niveau de l'enseignant, et puis il va y avoir également au niveau du rôle, en termes de structure, qui va être revu.»

Bref, on ne sait pas trop où s'en va le ministre. Peut-être l'ignore-t-il lui-même. Rien n'est exclu, dit-il. Gouvernance, bureaucratie, démocratie scolaire, réussite des élèves. Tout s'emmêle, mais le ministre Bolduc estime qu'il pourra déposer un projet de loi avant ou après les Fêtes. Il a indiqué auparavant que des travaux seront menés. Ça sent les travaux dirigés et la précipitation.

Aux prises avec une réforme de la santé contestée de toutes parts, le gouvernement Couillard devrait pourtant se garder de se lancer dans une réforme de grande ampleur en éducation. D'autant plus qu'Yves Bolduc accumule les gaffes et non les succès.

Des fusions de commissions scolaires et des regroupements de services sont bien sûr envisageables. De meilleures pratiques de gestion peuvent également être instaurées pour maximiser les investissements en éducation. Est-ce nécessaire de retirer des responsabilités qui incombent présentement aux commissions scolaires, comme l'organisation du transport scolaire et l'entretien des immeubles, pour les confier aux municipalités? Les économies et les gains d'efficacité semblent bien hypothétiques. Les libéraux devraient s'abstenir d'aller dans ce sens. On peut également s'interroger sur la capacité des écoles d'assumer de nouvelles responsabilités. Elles semblent en avoir déjà plein les bras avec leurs classes et la réussite des élèves.

Lundi, le ministre a soutenu que le faible taux de participation aux élections de dimanche lui indique que «la structure actuelle ne reflète pas les attentes de la population, notamment à cause de sa lourdeur». Se peut-il simplement que les citoyens jugent bien mineurs les enjeux des élections scolaires puisque les grandes orientations et les programmes sont déjà fixés par Québec? Se peut-il qu'ils soient davantage préoccupés par la qualité de l'enseignement et de la réussite des écoliers?

Doit-on maintenir une taxation scolaire et la représentation qui y est liée? Doit-on conserver cette taxation qui permet d'aller chercher plus de 1,5 milliard $ pour le financement du réseau scolaire, mais modifier la façon de choisir ceux qui doivent administrer les fonds ainsi perçus? C'est le questionnement qui découle des élections de dimanche et auquel M. Bolduc doit d'abord répondre.

Au ministre qui s'inquiète de la lourdeur et de la bureaucratie, l'Association des cadres scolaires propose de réviser en profondeur la reddition de compte imposée aux commissions scolaires. «Ce n'est pas la structure administrative qui engendre le surplus de bureaucratie, mais bien les demandes de plus en plus fastidieuses et les nombreux rapports exigés de la part d'un MELS centralisateur.» Voilà qui devrait aussi nourrir la réflexion du ministre Bolduc et ses collègues du Conseil des ministres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer