Un déficit de crédibilité pour Coiteux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les négociations avec les employés de l'État commencent mal pour le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. Non pas parce que les syndicats réclament des hausses salariales qui s'insèrent difficilement dans le cadre d'austérité budgétaire de son gouvernement. Toutes les rondes s'amorcent avec des revendications syndicales exagérément et inversement proportionnelles aux offres patronales. Le problème est plutôt que M. Coiteux entame ce difficile et délicat dossier avec un déficit de crédibilité.

Jean-Guy Lemieux, le grand patron de l'informatique au gouvernement du Québec, a beau avoir remis mercredi sa démission au ministre Coiteux, ce dernier a beau dire qu'il ne lui versera pas d'allocation de transition, son départ ne fait pas oublier le manque de prudence et de flair de celui qui l'a nommé en septembre à ce poste. Québec dépense annuellement 3 milliards $ en services informatiques, et un sérieux redressement est nécessaire dans ce secteur où les cas de ratés, de retards et de mauvaise gestion des contrats s'accumulent.

Or, le frère de M. Lemieux, Claude, est vice-président de CGI, une des trois firmes qui obtiennent le plus de contrats gouvernementaux. Jean-Guy Lemieux peut posséder de grandes qualités personnelles et professionnelles aux yeux du président du Conseil, il était inévitable que sa présence à la tête de l'informatique et du Centre de services partagés poserait rapidement la question des conflits d'intérêts, réels ou apparents.

Avant mardi à l'Assemblée nationale, M. Coiteux avait toujours réfuté que le choix de M. Lemieux, qui a aussi travaillé dans un cabinet libéral, était discutable. Il assurait que ce dernier pouvait accomplir son mandat, puisqu'il se retirait des discussions lorsqu'il était question de CGI. Ce n'était plus le cas mercredi, car M. Lemieux n'aurait pas informé son ancien employeur, la Régie de l'assurance maladie du Québec, que le vice-président de CGI était son frère.

Une autre mauvaise note au dossier de M. Coiteux est le contrat de plus de 70 000 $ accordé au retraité et ex-secrétaire général du gouvernement Charest, André Dicaire, pour aider le secrétaire actuel Juan Roberto Iglesias, payé 310 000 $ par an. Le président du Conseil du trésor vient de déposer le projet de loi 15 sur la gestion et le contrôle des effectifs, visant notamment à limiter l'embauche de contractuels. L'absence de cohérence et d'exemplarité risque d'être un boulet pour M. Coiteux.

Qu'il soutienne s'entourer des «meilleures personnes» pour accomplir le redressement des finances publiques et relancer l'économie ne convaincra pas tout le monde. Les syndicats peuvent même récupérer son argument et dire que Québec doit rehausser la rémunération des employés du secteur public et parapublic s'il veut attirer et retenir les «meilleures personnes» au sein de la fonction publique, des réseaux de la santé et de l'éducation et des organismes publics.

Invité mardi à commenter les demandes salariales de la Fédération interprofessionnelle de la santé et de la Fédération autonome de l'enseignement, M. Coiteux a déclaré qu'une hausse de 13,5 % sur trois ans était «une grosse bouchée à avaler». Une augmentation de 1 % des salaires se traduit par une dépense de 388 millions $ pour l'État.

Évitons de réduire l'enjeu des négociations à une dépense. Une partie des hausses salariales reviendront au gouvernement sous forme d'impôts. Plus de 550 000 personnes qui touchent de meilleurs revenus peuvent aussi donner du souffle à une économie au ralenti. Des employés motivés et respectés contribuent également davantage à la mise en place de pratiques plus efficientes. Le secteur public doit de plus être compétitif avec le secteur privé pour s'assurer une expertise interne. Tout ça doit faire partie des calculs et du jeu de la négociation qui s'amorce.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer