Leur sécurité et nos libertés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lendemain de la fusillade à Ottawa, les Canadiens ont vu le premier ministre Harper franchir la distance entre les banquettes de son gouvernement et celles de l'opposition, pour donner l'accolade à ses adversaires politiques. Notre système peut faire des merveilles, lorsqu'on met la partisanerie de côté. On devrait s'en inspirer pour la suite des choses.

Les paroles prononcées ce jour-là, sur notre solidarité et sur nos valeurs, auront plus de portée si elles se traduisent par des gestes concrets, par une meilleure collaboration entre partis pour tracer, justement, les limites de nos libertés et de notre sécurité. 

Selon le National Post, le gouvernement veut s'inspirer des mesures adoptées en Grande-Bretagne, après les attentats de 2005, pour contrer la propagande terroriste et abaisser le seuil à partir duquel les policiers peuvent intervenir. 

La nature du risque terroriste a changé, et il faut pouvoir s'y adapter, mais pour trouver l'équilibre, il faudra entendre tous les partis. Le gouvernement voudra resserrer les règles, c'est son rôle, mais comme l'a fait M. Harper jeudi dernier, il doit travailler de concert avec l'opposition.

Des règles trop strictes risquent de faire d'autres victimes, car la nature du discours social a changé, elle aussi. Il se dit beaucoup de choses sur Internet. On cherche à provoquer, ou on réagit sur le vif à des événements. Ça ne veut pas dire qu'on planifie des actes terroristes pour autant.

Il faut espérer que la GRC fasse la lumière, le plus tôt possible, sur le parcours des deux protagonistes, pour mieux nous éclairer sur la nature de la menace et les moyens de la contrer.

Ces hommes ont-ils été manipulés, ou sont-ils victimes de leur propre dérive? Le désespoir crée un vide et les êtres, comme la nature, ont horreur du vide. La conversion est quelque part entre l'offre et la demande.

Ce qui a changé surtout, et qui coïncide avec l'apparition de ce «microterrorisme», c'est l'accès aux outils de communication qui permettent de faire la propagande d'une idéologie violente. Mais plus on cherche à réprimer ce discours, plus ses adeptes y voient la justification de leur révolte. L'émission Enquête, de Radio-Canada, nous montrait la semaine dernière comment quelques malheureux, espérant donner un sens à leur vie, n'ont trouvé que la mort dans un pays étranger. Ils étaient désabusés, comme Michael Zehaf-Bibeau ou Martin Couture-Rouleau, et sourds également aux efforts des imams pour les garder dans le droit chemin. 

Le reportage montre en effet que c'est surtout en dehors des mosquées, en petits groupes, que les jeunes se radicalisent. On ne peut pas blâmer la communauté musulmane pour ce fléau, ou alors il faut aussi blâmer notre propre société pour avoir créé ces bombes à retardement.

Les députés auront aussi leur propre examen de conscience à faire. Ils ne devront pas oublier qu'avant toute chose, mercredi dernier, ils ont été chanceux. Chanceux que le tueur ne soit pas arrivé quelques minutes plus tard, ou plus tôt, et chanceux qu'il n'ait pas eu une arme plus dangereuse encore que celle qu'il possédait. Car alors, il y aurait eu un carnage.

Le Parlement se doit d'assurer sa propre sécurité. Cette responsabilité, partagée entre la GRC, l'armée et la police d'Ottawa, doit être unifiée et placée sous un seul commandement.

Jamais un homme armé n'aurait dû pouvoir se rendre aussi loin dans cet édifice. Si nous tenons à protéger nos valeurs, commençons par protéger l'accès au parlement. Si Michael Zehaf-Bibeau était parvenu à tuer un ou plusieurs de nos députés, c'est toute la société qui en paierait aujourd'hui le prix, avec des lois encore plus restrictives. En ce sens, la sécurité de nos députés est garante de nos libertés démocratiques. Tout ne peut pas reposer sur les seules épaules d'un héros.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer