Le bien des cégépiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Diplômer, ne pas diplômer ou diplômer plus en remaniant le contenu des cours de français et de littérature? Voilà le pavé lancé dans la cour des cégeps et du ministère de l'Éducation par Guy Demers dans son rapport sur l'offre de formation collégiale. La main-d'oeuvre possédant une formation technique sera en forte demande au Québec au cours de la prochaine décennie. L'urgence de combler les besoins du marché du travail ne doit toutefois pas occulter l'importance du français. C'est aussi dans le bien des étudiants de ne pas en faire des analphabètes fonctionnels.

Commandé au Sommet sur l'enseignement supérieur de 2013, le rapport Demers réservait en épilogue deux sujets explosifs : la révision du contenu de la formation générale obligatoire pour tous les cégépiens, et le recadrage de l'épreuve uniforme en langue d'enseignement dans un environnement pédagogique.

Chaque année, environ 1000 étudiants - 15 % - n'obtiennent pas leur diplôme parce qu'ils échouent à l'épreuve de français. «Notre société peut-elle se permettre un tel gaspillage de ressources humaines après avoir tant investi dans la formation de ses jeunes?» demande M. Demers.

«En toute logique, ou bien on a le devoir d'assouplir le contenu de la formation générale pour offrir de réelles opportunités de formation à ceux qui en démontrent le besoin, ou bien on a la responsabilité de modifier le statut de l'épreuve uniforme en langue d'enseignement pour la retirer des conditions de sanction. Une urgente réflexion s'impose», selon lui. Des actions également. On a pelleté longtemps le problème en avant. Il nous revient le jour où des jeunes n'obtiennent pas le diplôme exigé pour occuper un emploi.

Tout en affirmant que la primauté du français sur toute autre langue est une priorité au Québec, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, indique qu'un principe devra guider la réflexion du groupe de travail mis en place : le bien de l'étudiant. Qu'est-ce que cela veut dire exactement?

Le ministre répète que le français est une priorité, mais il a déjà admis n'avoir aucune stratégie pour améliorer l'enseignement du français dans les écoles. Qui plus est, la formation des enseignants écope avec les coupes budgétaires. Ce n'est pas ainsi que les futures cohortes d'élèves arriveront mieux outillées au cégep.

Ce n'est pas non plus en abaissant les exigences ou en décernant des diplômes édulcorés aux élèves en difficulté que nous leur rendrons service. Il leur faut un soutien accru. Il n'est pas défendu d'envisager une révision des cours de français et de littérature prévus dans la formation générale obligatoire. À la condition toutefois de ne pas tirer tout le monde vers le bas.

Si le ministre de l'Éducation baisse les bras, s'il refuse d'améliorer l'enseignement du français aux élèves en difficulté ou aux étudiants étrangers parce que cela engendre des coûts, quel message enverra-t-il à l'ensemble des étudiants? Que le français, ce n'est pas important lorsque les rudiments d'un métier sont maîtrisés? C'est oublier que ces techniciennes et techniciens auront à lire, à suivre des instructions, à communiquer avec des collègues, des patrons, des clients. C'est oublier qu'ils devront un jour acquérir de nouvelles connaissances, apprivoiser d'autres technologies.

L'Enquête internationale de 2003 sur l'alphabétisation et les compétences des adultes a révélé que 49% de la population âgée de 16 à 65 ans n'atteint pas le niveau de compétence 3 en littératie qui permet de fonctionner convenablement en société. En 2013, le Conseil supérieur de l'éducation notait pour sa part que 38 % des titulaires d'études postsecondaires non universitaires n'atteignent pas le niveau 3 en compréhension de textes.

On n'y échappe pas. L'enseignement de la langue a toute son importance, y compris au cégep.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer