Parlons-en, de la censure

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il faut se pincer pour être certain qu'on ne rêve pas. Shelly Glover, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, a confirmé la semaine dernière que son gouvernement s'apprêtait à modifier la Loi sur le droit d'auteur pour créer une exception permettant à un parti politique de pirater, gratuitement, n'importe quel reportage afin de l'inclure dans ses publicités.

Si le Parti conservateur veut refaire un reportage d'un réseau, selon ses intérêts, ça sera donc bar ouvert. Et ce n'est pas tout, les amendements interdiront au réseau de refuser la diffusion de ce contenu. Rien n'empêchera donc le parti d'insérer ses publireportages piratés au beau milieu du bulletin de nouvelles, si ça lui chante.

Il faut entendre la ministre justifier cette idée insensée. Dans le monde parallèle où vit le cabinet Harper, cette mesure vise à défendre «l'intérêt public» en protégeant les citoyens contre la «censure» des réseaux qui veulent contrôler ce que vous pouvez - ou ne pouvez pas - voir aux nouvelles. 

Le gouvernement qui, dans toute l'histoire du pays, a fait le plus pour censurer les employés dont nous payons le salaire, veut maintenant  maquiller sa propagande en bataille contre la censure. L'énormité du procédé, et du sophisme, est digne de la Corée du Nord. C'est-à-dire qu'on ne sait trop si on doit rire ou pleurer. 

La censure, vraiment? Parlons-en alors.

Un sondage réalisé en 2013 par l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) révélait que 90 % des scientifiques employés par le fédéral ne se sentent pas libres de parler ouvertement de leurs travaux aux médias. Pire, si leur ministère pose un geste susceptible de compromettre la santé ou la sécurité publique, ou l'environnement, 86 % d'entre eux disaient qu'ils ne pourraient parler sans être l'objet de censure ou de représailles.

Un sur quatre disait s'être fait demander d'omettre de l'information ou de la modifier pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la science, depuis cinq ans. 

Il y a certainement un débat à faire sur le droit d'auteur. Mais si c'est le cas, alors qu'on donne à tout le monde l'occasion de s'exprimer sur le sujet, et qu'on procède à une mise à jour de la loi. 

Mais ce n'est pas de ça dont il est question. Un document ministériel, obtenu par La Presse Canadienne et par CTV, le reconnaît implicitement. «Étant donné la complexité légale, et la vitesse à laquelle cette exception a été développée, il pourrait y avoir des conséquences imprévues...», dit la note provenant du cabinet de Mme Glover.

On ne saurait énoncer plus clairement que ça s'est fait en catastrophe, avec une seule échéance en tête : les élections de 2015, dont la campagne officieuse est déjà en cours. Le document est sans ambiguïté : l'exception vise l'usage de topos «dans la publicité politique visant à promouvoir ou opposer un politicien ou un parti».

Mais qui, au juste, demande ce changement à la loi? Aucun des autres partis fédéraux, et certainement pas le public qui n'y gagne absolument rien, puisque seuls les partis politiques se voient accorder le privilège. Un seul parti le veut, ce privilège. 

Le même document, toujours, rappelle que cet amendement survient trois ans avant le réexamen de la Loi sur le droit d'auteur, qui doit avoir lieu en 2017. Autrement dit, le Parti conservateur se sert avant tous les autres Canadiens, qui eux devront attendre l'échéance prévue par la loi. Pourquoi se priverait-il?

Quand le parti qui forme le gouvernement se sert de sa position pour modeler les lois afin d'obtenir un avantage sur les autres, ça s'appelle un abus de pouvoir. Rien ne justifie cet amendement, personne n'en veut et ça ne vise qu'à abaisser le niveau du débat politique. Il n'y a qu'une chose à faire avec ça : le jeter aux poubelles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer