Injustifiable inertie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Canada ratera sa modeste cible de réduction de gaz à effet de serre (GES), a confirmé sans surprise mardi la commissaire à l'environnement et au développement durable, Julie Gelfand. Un échec, un autre, qui témoigne de l'extraordinaire inertie des conservateurs dans la lutte contre le réchauffement climatique.

En signant l'Accord de Copenhague en 2009, le Canada s'est engagé à abaisser les émissions de GES de 17 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2020. Dans son rapport, la commissaire Julie Gelfand écrit que «les échéanciers pour la mise en oeuvre des mesures de réduction des GES n'ont pas été respectés» et que «tout indique que la hausse des émissions ne pourra pas être inversée à temps et que la cible ne sera pas atteinte». La Commission à l'environnement et au développement durable avait déjà conclu en 2012 qu'il était peu probable que l'approche réglementaire fédérale permette de réduire suffisamment les émissions pour atteindre les objectifs de l'Accord de Copenhague.

Le problème, c'est que même si elle constitue la première source de croissance des émissions de GES au Canada, l'industrie pétrolière et gazière n'a toujours pas été réglementée, le gouvernement Harper n'ayant formulé des normes que pour le secteur des transports et la production d'électricité. La commissaire à l'environnement explique qu'un projet de règlement visant cette industrie existe à l'interne depuis plus d'un an, mais que «le gouvernement fédéral n'a mené des consultations qu'en privé, principalement par l'entremise d'un petit groupe de travail composé de représentants d'une province et de représentants choisis de l'industrie».

En somme, Mme Gelfand reproche au gouvernement fédéral de ne pas avoir de plan global de réduction des émissions de GES. Dans un communiqué loufoque diffusé mardi en réponse au rapport de la commissaire, la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, se targue des réalisations «impressionnantes» de son gouvernement en vue de protéger l'environnement, citant notamment les nouveaux règlements sur les transports et les centrales au charbon. Pas un mot toutefois sur quelque éventuelle norme visant les émissions de GES de l'industrie pétrolière et gazière. Mme Aglukkaq salue également «le plan de surveillance scientifique de calibre mondial» des sables bitumineux le jour même où le vérificateur albertain publie un nouvel audit révélant que cette surveillance n'est pas assez rigoureuse.

Comme l'a souligné le porte-parole du Parti libéral en matière d'environnement, John McKay, il ne faut pas s'attendre à ce que les conservateurs imposent des règlements sur les émissions de GES aux secteurs pétrolier et gazier avant les élections de 2015. S'ils en imposent.

Les accointances incestueuses entre le gouvernement Harper et le lobby pétrolier n'ont jamais été subtiles. Voyez avec quel dévouement Ottawa défend la polluante industrie des sables bitumineux tant au pays que sur la scène internationale. Et ses efforts ne sont pas vains. Après des années de lobbying de la part du gouvernement conservateur et de l'industrie pétrolière, l'Union européenne (UE) a finalement décidé mardi de renoncer à étiqueter le pétrole issu des sables bitumineux comme étant hautement polluant.

L'an dernier, Joe Oliver, alors ministre des Ressources naturelles, s'était rendu en Europe pour défendre le pétrole albertain, allant même jusqu'à menacer l'UE de porter plainte à l'Organisation mondiale du commerce si elle persistait à vouloir inscrire l'énergie fossile comme étant une source de pétrole «sale», arguant qu'un tel libellé ferait du tort aux exportations canadiennes. Aussi Ottawa avait-il commandé une étude pour contredire celle sur laquelle l'UE appuyait sa directive défavorable aux sables bitumineux.

Il semble que l'insécurité énergétique liée aux tensions entre les pays européens et la Russie, important producteur pétrolier, ait contribué au changement de cap de l'UE, ont confié des sources anonymes à Reuters.

Quoi qu'il en soit, l'environnement n'aura là encore pas fait le poids devant le brut albertain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer