Intimidation ministérielle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dire qu'on va mettre les gestionnaires au pas, dépêcher des vérificateurs dans des commissions scolaires parce qu'on désapprouve leurs décisions, injurier et rabaisser les personnes qui contestent une autre réforme administrative en santé sont aussi des formes d'intimidation. Pas celles de petits «durs» dans la cour d'école, mais celles de ministres qui veulent imposer leur vision et leur façon de faire sans en assumer l'entière responsabilité et expliquer leur choix. Il est loin d'être assuré que le gouvernement Couillard réussira à assainir les finances publiques en agissant de la sorte.

La façon de faire des ministres Martin Coiteux, Yves Bolduc et Gaétan Barrette, partagée par leur chef Philippe Couillard, risque d'être contre-productive. C'est une chose de vouloir réduire les dépenses et de viser plus d'efficience dans les services publics. C'en est une autre d'user de menaces, de mots injurieux, d'imposer le silence aux gestionnaires pour ne pas se retrouver sur la sellette et de faire porter le bonnet d'âne aux subalternes. Gare à ne pas rompre les liens de confiance, gare à ne pas abuser du pouvoir ministériel.

Deux experts appréciés des libéraux, Luc Godbout et Claude Montmarquette, insistaient ce printemps sur l'importance des communications et de l'acceptabilité sociale pour sortir le Québec de son déficit structurel. Braquer tout le monde en jouant les brutes et les arrogants condamne le Québec à faire du surplace alors que des changements sont bel et bien nécessaires.

L'attitude des ministres plaira sûrement à une partie de la population que les mots fonctionnaires, gestionnaires et commissaires horripilent, mais elle est loin d'être une garantie de succès, d'économies et de résultats durables. Cette attitude révèle non pas de la détermination et du courage, mais plutôt de la faiblesse, de la panique et une incapacité à convaincre ses partenaires et à convenir avec eux de solutions porteuses qui feront une réelle différence dans le budget de l'État sans affecter les plus vulnérables de la société.

L'étau se resserre. L'équipe Couillard a laissé croire que son élection se traduirait par une hausse des emplois. Or, le ministre des Finances, Carlos Leitão, a admis jeudi qu'il ratera sa cible de création d'emplois en 2014. Autre signe négatif, l'indice de confiance des consommateurs québécois a chuté de 10 points au cours de la dernière année pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2009. La capacité d'augmenter la colonne des revenus s'étiole. D'où l'importance pour les libéraux de ne pas rater les autres objectifs ambitieux qu'ils se sont fixés, la réduction des dépenses de l'État et le retour à l'équilibre budgétaire en 2015-2016.

Or même en répétant inlassablement que les budgets peuvent être comprimés sans que les services directs aux élèves, aux malades ou à la population soient affectés, les ministres ne peuvent occulter une plate réalité. Le gouvernement du Québec n'en est pas à sa première vague de compressions. Le gras se fait de plus en plus rare. Qui plus est, des fonctions ou des postes administratifs ne peuvent être supprimés en criant ciseau, puisque les salariés ont une sécurité d'emploi et les cadres une stabilité d'emploi de trois ans.

La marge de manoeuvre est donc plus restreinte que veut le laisser croire le gouvernement. Il faut faire des choix, élaguer, prioriser, mais aussi compter sur des changements de pratiques dont les effets budgétaires ne peuvent toutefois se concrétiser en l'espace de quelques mois.

Évitons, comme le font les ministres, de dire que les gestionnaires prennent les malades, les parents et les enfants en otages, qu'ils ne pensent qu'à eux, qu'ils se rebellent, qu'ils résistent aux changements. C'est un peu court et un peu trop commode pour les membres du gouvernement. Et ça ne règle rien.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer