Poussières et granules

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On aurait cru qu'après l'épisode pénible et gênant de la poussière de nickel sur Limoilou, l'Administration portuaire et la compagnie Arrimage Québec auraient réalisé qu'ils devaient faire preuve d'ouverture, et s'efforceraient d'informer la communauté sur tout ce qui pourrait avoir un impact pour elle.

Mais la gestion du projet de terminal pour granules de bois montre que l'Administration portuaire de Québec se trouve dans un autre pays, et que ses règles n'ont pas grand-chose à voir avec les nôtres.

Le 31 octobre dernier, le Port informait la population qu'il donnait le feu vert au «projet de terminal de granules de bois présenté publiquement en juin dernier».

En juin, le Port annonçait le réaménagement du secteur de l'anse au Foulon pour y transborder du vrac «nature». C'est un peu plus tard que les citoyens ont appris qu'on voulait y ériger deux silos d'une hauteur de 45 mètres le long du boulevard Champlain. À titre indicatif, 45 mètres, c'est 15 de plus que les silos à grains de la Bunge.

Toujours est-il que le 17 juillet, la vice-présidente d'Arrimage du St-Laurent, Johanne Lapointe, affirmait au Soleil qu'il était trop tôt dans le processus de décision et d'évaluation environnementale pour parler du projet.

C'est dommage, parce que le 31 octobre, il était déjà trop tard. En effet, au moment de l'annonce par le Port, les travaux de construction étaient déjà en marche depuis une semaine au moins.

Comme ses prédécesseurs, le pdg de l'Administration portuaire, Mario Girard, aime bien parler de «l'importance de créer des liens forts avec la communauté», d'une cohabitation harmonieuse et de transparence. C'est beau dans un site Web, mais la réalité, c'est qu'une fois qu'on traverse les limites du Port de Québec, on tombe sous la juridiction de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale 2012 (LCEE 2012), selon laquelle les autorités fédérales s'autoexaminent elles-mêmes pour ensuite s'autoriser à prendre une décision, comme le rappelle l'étude d'impact préparée pour Arrimage Québec. 

De toute façon, le projet de terminal n'est pas lui-même assujetti au processus fédéral d'évaluation environnementale, ce qui simplifie déjà les choses. Il est couvert par un autre article de la loi de 2012, qui prévoit en gros que l'Administration portuaire décide, seule, si le projet entraînera des effets environnementaux négatifs ou pas. 

En dehors des limites du port, pour la promenade Samuel-De Champlain par exemple, la Commission de la capitale nationale doit consulter la population. C'est vrai qu'en territoire provincial, les règles sont différentes, mais à ce qu'on sache, si la loi fédérale n'oblige pas l'administration portuaire à consulter la population, elle ne l'interdit tout de même pas. 

Il n'existe pas de panacée pour le développement de l'activité portuaire. La construction de deux biberons géants le long du boulevard Champlain ne fera jamais l'unanimité, avec ou sans consultation publique, mais le processus permettrait au moins à la population de prendre connaissance des arguments du promoteur, Arrimage Québec, et peut-être même, sait-on jamais, d'envisager des solutions de rechange. 

Cela serait certainement mieux que le fouillis actuel, avec le maire Labeaume qui se dit surpris d'apprendre l'existence du projet, pour ensuite se rappeler qu'il en avait été informé lors de deux rencontres plus tôt cette année; des travaux qui commencent avant que la décision soit rendue; et une étude d'impact datée d'octobre 2013, pour une décision rendue le 31 octobre. C'est beau l'efficacité, mais à cette vitesse, ça ressemble plutôt à une décision expédiée. Il faut mieux informer la population, et plus tôt.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer