Prière de s'abstenir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québécois de toutes religions, athées et agnostiques auraient avantage à formuler non pas tous la même prière, mais le même voeu. Celui que les politiciens résistent à la tentation de se faire du capital politique en bannissant tous les signes religieux de la fonction publique, des écoles, des centres de la petite enfance et des hôpitaux, et qu'ils évitent ainsi de plonger à nouveau le Québec dans un débat empreint d'intolérance et de xénophobie qui mènera à des divisions inutiles et d'interminables et coûteuses contestations juridiques.

Espérons qu'il s'agit bel et bien d'un ballon d'essai et que la fameuse Charte des valeurs québécoises que doit présenter en septembre le gouvernement péquiste ne sera pas aussi radicale que la version révélée mardi dans le Journal de Québec. Souhaitons que Pauline Marois et son ministre Bernard Drainville concluront qu'il vaut mieux faire preuve de sagesse et de pédagogie que d'exploiter l'ignorance et la peur des gens pour gagner des votes.

Que l'État québécois soit laïque, nous en sommes. L'égalité entre les hommes et les femmes est pour nous également non négociable. Mais pour qu'il soit bien clair qu'un État soit neutre, qu'il ne privilégie aucune religion par rapport à une autre et qu'aucune d'entre elles ne dicte ses actions, il n'est pas nécessaire d'imposer à tous les employés des services publics de cacher tout signe de convictions religieuses. L'exigence est d'autant plus aberrante, voire irréaliste, que nous vivons dans un pays et une province où une charte prévoit la liberté de conscience et de religion des individus.

Le philosophe Charles Taylor, coprésident de la commission Bouchard-Taylor, s'est attiré les railleries de certains en faisant un rapprochement entre les intentions du gouvernement Marois et la décision de Poutine, en Russie, d'interdire les activités de fierté gaie et la propagande de relations sexuelles non traditionnelles. La comparaison n'est pourtant pas farfelue. Il s'agit dans les deux cas de droits, de libertés, de discrimination, d'exclusion.

Lorsqu'il est question de liberté de conscience et de religion, certains sont prompts à ranger la Charte des droits et libertés. Ils se défendent bien de faire de la discrimination ou d'imposer leurs valeurs, disant plutôt prôner la neutralité de l'État et protéger l'identité et le patrimoine du Québec.

Ainsi, selon eux, il ne serait pas discriminatoire de refuser un poste à l'école, à la garderie ou au ministère à une femme qui porte le voile ou à un homme coiffé d'un turban. Par contre, ces mêmes personnes s'insurgeraient probablement si les emplois du secteur public étaient refusés aux homosexuels ou aux handicapés qui afficheraient trop «leurs différences». Bref, elles pigent dans la Charte des droits et libertés comme dans un buffet. Cela n'a pas de sens et ne peut mener qu'à d'inutiles confrontations.

Pourquoi embarquer dans cette galère? Quel est donc le problème que Québec veut résoudre en écartant des personnes de certains emplois non pas parce qu'elles portent une burqa ou un niqab qui empêchent de voir leur visage, mais bien parce qu'elles portent un foulard, une kippa ou une croix? En quoi l'identité québécoise sera-t-elle plus forte et l'État plus neutre après ce triage?

Après des mois de consultation et d'études, la commission Bouchard-Taylor a conclu en 2008 que «la crise» autour des accommodements raisonnables en était une de perceptions et d'emballement médiatique. Elle a suggéré des balises et des pistes pour dissiper les zones grises afin de faciliter l'intégration et la cohésion. Le gouvernement Marois aidera davantage le Québec s'il s'applique à mettre en oeuvre les recommandations plutôt que de suivre les traces de la défunte Action démocratique du Québec de Mario Dumont, en tentant de faire du millage en divisant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer