Renfort ou cheap labor?

Partager

(Québec) Les réseaux sociaux sont silencieux lorsque les travailleurs étrangers s'échinent dans des champs de fraises, des abattoirs ou des restos. Ils s'animent et s'indignent lorsque des «étrangers» se retrouvent derrière les ordinateurs des grandes banques. Renfort pour combler de véritables pénuries de main-d'oeuvre ou employés de seconde classe et cheap labor qui risquent à plus long terme d'abaisser les conditions de travail des Canadiens? La question est enfin posée et pousse le gouvernement Harper à clarifier les choses.

Le programme fédéral sur les travailleurs étrangers temporaires ne chôme pas. Le nombre de travailleurs recrutés par ce biais ne cesse de croître. L'an dernier, 338 000 personnes, spécialisées ou non, informaticien, ingénieur, cueilleur de petits fruits, aide-domestique ou employé de McDo, ont trouvé ainsi du boulot à travers le pays. Ils peuvent rester ici pendant quatre ans.

Le programme s'était développé jusqu'à maintenant sans trop faire de vague. C'était avant qu'on apprenne que la Banque Royale y recourt pour occuper une quarantaine d'emplois dans ses services informatiques de Toronto. Des emplois que détiennent déjà des gens, alors que l'objectif du programme est de fournir des bras et des cerveaux aux entreprises incapables de combler leurs besoins en puisant dans le bassin canadien de main-d'oeuvre.

Devant l'indignation de citoyens, le gouvernement Harper a lancé une enquête. La situation est pour le moins cocasse et embarrassante pour lui. Alors que les conservateurs resserrent l'accès à l'assurance emploi et prônent un meilleur arrimage entre les postes disponibles et les Canadiens sans emploi, les grandes banques du pays utilisent un programme gouvernemental pour mettre des salariés à pied et faire venir des travailleurs étrangers pour occuper leurs postes. Cherchez l'erreur. Espérons que le gouvernement mettra autant d'énergie à repérer les entreprises fautives qu'il en consacre à scruter les allées et venues des prestataires de l'assurance emploi.

Ottawa a par ailleurs prévu une modification au Règlement sur l'immigration et la protection des réfugiés pour limiter les offres d'embauche exigeant une langue autre que le français ou l'anglais. Il répond ainsi au tollé soulevé en Colombie-Britannique lorsque la compagnie HD Mining a recruté de la main-d'oeuvre en Chine parce qu'elle voulait que les employés s'expriment en mandarin. Plus de 300 Canadiens auraient été exclus des entrevues d'embauche.

Ces cas récents montrent la nécessité de faire le point sur le recours aux travailleurs étrangers temporaires et de resserrer certaines règles. Le programme a-t-il dévié de ses objectifs? Est-il devenu un subterfuge pour des entreprises voulant réduire leurs coûts de main-d'oeuvre de 15 %? Représente-t-il un risque pour les conditions de travail futures des Canadiens? Le Canada est-il juste avec tous ou traite-t-il les étrangers en citoyens de seconde catégorie? Ottawa doit procéder à une réflexion sérieuse et stopper les dérives.

L'an dernier, au Québec, la Commission des droits de la personne a sonné l'alarme et demandé au gouvernement québécois de mettre fin à la discrimination systémique dont sont victimes les travailleurs migrants. La Commission notait qu'ils étaient vulnérables car liés à un seul employeur et exclus de certains programmes de protection sociale.

Des organisations syndicales expriment aussi des craintes. Exploitation de main-d'oeuvre étrangère, délocalisation des emplois, diminution du rapport de force des syndicats et pression à la baisse sur les salaires sont appréhendées. Des employeurs peuvent aussi subir une concurrence déloyale si des compétiteurs s'offrent une main-d'oeuvre au rabais.

Voilà un domaine où Ottawa et les provinces sont justifiés de mettre de l'ordre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer