Dogmatisme à la garderie

Partager

(Québec) Le gouvernement Marois fait-il preuve de dogmatisme aveugle au détriment des familles en refusant de convertir dès maintenant en précieuses places à 7$ par jour les places déjà existantes dans des garderies privées non subventionnées? La Coalition avenir Québec (CAQ) le prétend. La réalité exige pourtant d'importantes nuances.

À première vue, il est tentant d'épouser la cause des 700 propriétaires de garderies qui s'insurgent contre le fait que la ministre de la Famille, Nicole Léger, investisse pour créer de nouvelles places à 7$ dans des centres de la petite enfance (CPE) ou dans des garderies privées subventionnées alors qu'ils peuvent, eux, accueillir déjà plus de bambins. Le taux d'inoccupation de leurs installations est en effet de plus de 30 %.

Il ne manque pas de places en garderie, il manque de places à 7$, soutient la Coalition québécoise des garderies privées non subventionnées. Ces entreprises voudraient demander 7$ par jour au lieu des 35$ et plus pour lesquels les parents reçoivent des crédits d'impôt anticipés.

La conversion est pour eux la solution la plus simple et la plus économique pour répondre aux besoins des parents. Une façon d'assurer la survie de leur entreprise, doit-on aussi ajouter. La CAQ, la Fédération des chambres de commerce et la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante le croient également.

Même la protectrice du citoyen reproche à la ministre, comme précédemment au gouvernement libéral, de ne pas avoir inclus ces garderies privées dans le dernier appel d'offres de 15000places. Par souci d'équité, elle souhaiterait que celles-ci puissent y participer au même titre que les CPE et les garderies privées subventionnées.

Le gouvernement a-t-il donc tout faux?

Par souci d'équité, les garderies privées non subventionnées devraient en effet pouvoir soumettre leur proposition aux comités consultatifs régionaux responsables de sélectionner les projets. Le même souci d'équité commande cependant aussi de ne pas procéder purement et simplement à une conversion.

L'État consacre 2,2 milliards $ annuellement aux services de garde. Il est en droit de décider quel type de garderies il veut, où il les veut et pour qui. Un gouvernement doit avoir en tête l'intérêt de l'ensemble des citoyens et non pas seulement celui d'individus qui ont choisi librement d'ouvrir une garderie parce qu'ils voyaient là une bonne occasion d'affaires en période de pénurie.

Mme Léger souligne que 85% des garderies privées non subventionnées sont situées dans la métropole. Faut-il la blâmer de vouloir créer des places ailleurs au Québec? Est-ce mal de favoriser l'économie locale et sociale? Est-ce insensé de réclamer que des garderies ouvrent leurs portes pour accueillir les petits dont la maman et le papa n'ont pas un horaire de travail de 9 à 5, mais de soir, de nuit, de fin de semaine?

Est-ce faire preuve de dogmatisme que de s'assurer que les poupons, les immigrants, les enfants handicapés ou en difficulté d'apprentissage ou de comportement trouveront aussi une place quelque part? Est-ce indigne de se soucier que les familles de milieux défavorisés puissent avoir accès à des services de qualité près de chez eux?

Pour nous, ces considérations sont pertinentes et il est justifié que la ministre les ajoute à ses exigences. L'obtention d'un simple permis de garderie, que le ministère ne peut refuser si des critères sont respectés, ne suffit pas. Pas plus que de répondre aux standards de qualité exigés pour le bâtiment, le personnel, le programme éducatif et la nourriture. Les futures places à 7$ doivent être accordées à ceux (CPE ou secteur privé) qui s'engageront à répondre à l'ensemble des exigences du ministère de la Famille et d'un milieu, et non seulement à celles qui font leur affaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer