Préparer l'après-pétrole

Partager

(Québec) «Rendre l'économie plus verte est le seul moyen de répondre aux besoins de neuf milliards d'habitants d'ici 2050.»

Ce ne sont pas ces empêcheurs de tourner en rond d'écolos qui le disent, mais la Green Growth Action Alliance (GGAA), un groupe créé lors du Sommet du G20 à Mexico en 2010 et réunissant une cinquantaine de banques, de grandes entreprises, d'agences gouvernementales de développement et d'organisations internationales. Dans une étude réalisée au nom du Forum économique mondial, qui se déroule jusqu'à dimanche à Davos, la GGAA conclut que le virage vert de l'économie mondiale est non seulement nécessaire, mais qu'il coûterait pas mal moins cher qu'on le croit.

Selon la GGAA, si les gouvernements de la planète augmentaient de seulement 36 milliards$ leurs investissements annuels pour lutter contre les changements climatiques, ils pourraient mobiliser jusqu'à 570 milliards$ de capitaux privés en faveur d'infrastructures écologiques et d'énergies renouvelables, comblant ainsi le déficit mondial en investissements verts. Cela encouragerait le développement durable, stimulerait la croissance économique mondiale et stabiliserait le climat, résume l'Alliance.

D'après une étude du Climate Vulnerable Forum, le réchauffement climatique ferait près de cinq millions de morts par année et coûterait pas moins de 1200 milliards $ à l'économie mondiale, soit 1,6 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. «Les températures qui grimpent rapidement et la pollution liée au carbone vont contribuer à doubler les coûts mondiaux jusqu'à 3,2% du PIB de la planète d'ici 2030», préviennent les auteurs de ce rapport publié l'automne dernier. Ce sont les pays les moins développés qui seront les plus touchés, avec des pertes atteignant jusqu'à 11% de leur PIB.

Aux États-Unis seulement, le coût des catastrophes naturelles a dépassé les 110 milliards $ l'an dernier. Après le seul passage de l'ouragan Sandy, le Congrès américain a approuvé un budget de reconstruction de 50 milliards $. Lors de son discours d'investiture, plus tôt cette semaine, le président Barack Obama a de nouveau remis la lutte contre les changements climatiques au sommet de ses priorités. S'il a admis que le chemin vers les sources d'énergie renouvelables risquait d'être long et difficile, il s'est aussi dit convaincu que l'Amérique ne pouvait s'opposer à cette transition, qu'elle devait même la diriger.

Reste à souhaiter que les bottines suivent les babines, mais aussi et surtout que ce rafraîchissant discours inspire d'autres gouvernements, tout particulièrement celui du Canada, dont la gênante réputation de voyou climatique n'est plus à faire depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs. Encore dernièrement, le pays s'est retrouvé en queue de peloton d'un classement du Conference Board du Canada évaluant la performance environnementale de 17 pays développés.

D'année en année, de rapport en rapport, les reproches au Canada de Stephen Harper sont toujours les mêmes: les efforts du pays en matière de protection de l'environnement sont inversement proportionnels à la quantité phénoménale de GES qu'il rejette dans l'atmosphère. Selon le Conference Board, le taux d'émissions de GES du Canada a été de 20,3 tonnes par habitant en 2010, soit beaucoup plus que la moyenne de 12,5 tonnes pour les 17 pays évalués par l'organisme.

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, dit-on. Les conservateurs ont tellement la tête dans le sable qu'ils continuent de subventionner grassement l'industrie des combustibles fossiles, en dépit de la multiplication des appels, notamment de la part de l'Organisation de coopération et de développement économiques et de l'Agence internationale de l'énergie, exhortant les gouvernements à abolir ces subventions pour des raisons économiques, sociales et environnementales.

Il est plus que temps que le Canada et le reste du monde préparent l'après-pétrole. La terre va continuer de tourner, promis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer