Avant qu'il soit trop tard

Partager

(Québec) Comme on l'a trop souvent vécu, un mouvement de protestation initié par quelques groupes autochtones prend les allures d'une crise nationale. Pourquoi ce dossier s'embrase-t-il chaque fois aussi facilement? Parce que trop de communautés vivent encore dans des conditions misérables, indignes d'un pays développé. Le feu couve toujours, il suffit d'une étincelle pour le rallumer.

Depuis le 10 décembre, la chef crie d'Attawapiskat, Theresa Spence, mène une grève de la faim pour dénoncer l'attitude du gouvernement fédéral envers les Premières Nations. Son geste survenait au même moment où le collectif Idle No More lançait une campagne populaire pour protester contre une série de projets de loi du gouvernement conservateur.

Les deux actions n'étaient pas concertées, elles ont éclaté au même moment, mais l'une est devenue le symbole de l'autre.

Les manifestations se multiplient pendant que l'état de santé de Mme Spence, après plus de trois semaines sans se nourrir d'autre chose que de liquide, se dégrade dangereusement. Elle vient de remporter une première victoire, Stephen Harper ayant d'abord accepté une rencontre avec les chefs de l'Assemblée des Premières Nations, le 24 janvier, qu'il a ensuite devancée au 11 janvier, devant le refus de Mme Spence de mettre un terme à son action.

Jusqu'ici le premier ministre ne voulait pas donner l'impression de céder à un chantage. Politiquement, sa prudence est compréhensible, mais il y a des événements qui transcendent la politique, et celui-ci en est un. M. Harper a pris une sage décision, tout en sauvant les apparences.

M. Harper voulait sans doute éviter de créer un précédent, mais ce ne sont pas toujours les précédents qui le gênent. L'arrogance manifestée par son parti depuis qu'il détient sa majorité en Chambre n'est pas étrangère à la crise qui est en train de se développer. Le chef conservateur n'a pas montré beaucoup de scrupules lorsqu'il s'agissait de tourner le dos au processus parlementaire, avec des projets de loi démesurés où on fait avaler de force une série de mesures n'ayant aucun lien entre elles. Le projet de loi omnibus C-45, qui charcute l'ancien système de protection des eaux navigables, est d'ailleurs en partie à l'origine de la mobilisation par Idle No More, tout comme C-38, un autre projet omnibus, qui aura de profondes conséquences sur les lois environnementales et qui redéfinit les activités de pêche dites «autochtones».

Ce qui lie ces dossiers entre eux, comme bien d'autres, c'est l'absence totale de consultation transparente, de prise en compte des opinions qui ne vont pas dans le sens de la vérité telle que prêchée dans l'évangile du parti au pouvoir.

Cette attitude alimente le mouvement de protestation qu'on voit grandir sous nos yeux, mais elle n'est pas son unique cause. Le mauvais traitement des communautés autochtones exige plus d'attention de tous les partis et de tous les gouvernements de ce pays. Des efforts sincères sont faits pour corriger la situation, mais c'est malheureusement encore loin d'être suffisant.

Le premier ministre du Canada devait agir pour éviter qu'un geste inspiré par la conviction tourne à la tragédie. On ne lui aurait pas pardonné son inaction dans l'éventualité de la mort d'une femme dévouée à sa cause. Mais cela dit, Mme Spence doit elle aussi réaliser qu'en plaçant la barre trop haut à ce stade, elle réduit la marge de manoeuvre du premier ministre. Son courage suscite l'admiration, mais elle doit se ménager une porte de sortie. Le peuple autochtone n'a pas besoin d'une martyre de plus.

À suivre lundi : Les ravages du colonialisme

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer