Le bourbier américain

Partager

(Québec) Déterminé à faire adopter «sans délai» une loi sur les armes à feu, le président américain, Barack Obama, fait face à un défi de taille, c'est le moins qu'on puisse dire. Rien n'indique qu'il réussira son pari, mais il ne perd rien de l'essayer. Et les Américains ont tout à gagner qu'un président se tienne enfin debout devant le puissant lobby des armes à feu.

Barack Obama est au début de son deuxième et dernier mandat. Il n'a donc plus à s'inquiéter de sa réélection. Le moment est idéal pour affronter la très influente National Rifle Association (NRA) et autres défenseurs de la libre circulation des armes à feu. Du reste, Obama l'a dit lui-même, il en va de la responsabilité d'un président de tout mettre en oeuvre pour éviter la répétition d'un drame comme celui de Newtown. Et de sa crédibilité.

Au cours d'un office religieux tenu à la mémoire des victimes deux jours après la tuerie, le président Obama a insisté sur l'urgence d'agir pour améliorer la sécurité des Américains. Bien qu'il se soit gardé de prononcer le mot armes, son discours n'évoquait rien d'autre que l'épineuse question du contrôle des armes à feu. Difficile maintenant pour lui de reculer, lui qui avait de surcroît appelé au retour d'une loi sur l'interdiction des armes d'assaut durant la campagne électorale de 2008.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a ainsi annoncé mardi l'intention de Barack Obama d'appuyer le projet de loi de la sénatrice démocrate Dianne Feinstein visant à interdire la fabrication, la vente, le transfert et l'importation d'une centaine de modèles de fusils d'assaut. Une loi de cette nature avait été adoptée sous Clinton, mais n'a jamais été renouvelée par le Congrès après son expiration, en 2004. La Maison-Blanche a également indiqué que le président Obama allait soutenir toute tentative visant à bannir les chargeurs à grande capacité et la vente d'armes en privé par des individus ne possédant aucune licence. Enfin, l'administration Obama a annoncé mercredi la création d'un groupe de travail qui sera chargé de mener une réflexion nationale sur les violences liées aux armes à feu.

Le président américain a été clair : pas question de revenir sur le droit de ses compatriotes de posséder des armes à feu, un droit confirmé et reconfirmé par la Cour suprême. Obama sait que seule une réglementation ciblée a des chances d'obtenir l'aval des élus démocrates et républicains. Le problème, c'est que même s'il parvenait à les convaincre d'adopter une loi, celle-ci risquerait de ne pas survivre à l'examen de la Cour suprême si jamais les plus féroces opposants à une restriction du port d'armes décidaient d'en saisir le plus haut tribunal du pays. Comme le second amendement de la Constitution ne prévoit pas de limites au port d'armes, ladite loi pourrait donc être déclarée... inconstitutionnelle.

Mais ça, c'est le scénario du pire. Tâchons de rester optimiste. Le projet de loi de la sénatrice Feinstein semble trouver un certain écho non seulement chez les démocrates, mais aussi chez les républicains, plus proches du lobby des armes à feu. À la sortie de leur réunion hebdomadaire, mardi, des élus républicains à la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, se sont dits ouverts à discuter sérieusement d'une éventuelle réglementation du port d'armes.

Quant à la NRA, qui affirmait mardi être «prête à contribuer activement aux efforts» pour faire en sorte qu'une tuerie comme celle de Newtown ne se reproduise jamais, elle a annoncé ses couleurs hier en réclamant le déploiement de policiers armés dans les écoles... Misère. Aux élus du pays de l'Oncle Sam et au peuple américain tout entier de ne pas se laisser endormir par une association sans scrupules prête à tout pour défendre ses intérêts, au détriment des leurs.

Dernière chose. Les Américains possèdent, faut-il le rappeler, quelque 300 millions d'armes de toutes sortes. Et l'idée qu'elles puissent être retirées de la circulation n'a aucunement été évoquée. Même si les États-Unis légiféraient pour interdire la vente d'armes de guerre, les Américains demeureraient quand même lourdement armés...

Good luck, America. God bless you...

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer