Pétrole albertain: la vraie vie

Partager

(Québec) Les environnementalistes ont raison. Le lobby pétrolier de l'Ouest n'a pas à dicter les politiques énergétiques et environnementales du Québec. Manifestement, pour la première ministre Pauline Marois, celui des verts n'a pas non plus à imposer sa vision à son gouvernement. Une approche plus sage qu'un non catégorique lancé prématurément.

Contrairement à son ministre de l'Environnement, Mme Marois n'a pas rejeté du revers de la main le projet de l'entreprise Enbridge de faire passer le pétrole de l'Ouest canadien par le Québec pour l'acheminer vers l'Est. Elle accepte d'en discuter avec son homologue albertaine dans le cadre d'un comité mixte. Moins soucieuse d'être maître chez soi, la première ministre péquiste? Ne tirons pas de conclusion hâtive.

Mme Marois se comporte comme une chef de gouvernement qui doit posséder une vue d'ensemble d'un dossier. Elle ne peut uniquement considérer la mauvaise réputation des sables bitumineux et du pétrole qui en est issu. Le réalisme lui impose de considérer que les Québécois, aussi verts aiment-ils se prétendre, sont encore dépendants du pétrole et en importent. En quoi le pétrole canadien serait-il moins acceptable que celui provenant par bateau de l'Algérie, de l'Angola, du Royaume-Uni ou du Mexique?

Par ailleurs, s'approvisionner dans l'Ouest pourrait-il s'avérer moins coûteux pour les consommateurs comme le supposent l'industrie et le ministre fédéral des Ressources naturelles? Ce ne sont pas des questions sans intérêt pour l'économie de la province.

Le Québec doit aussi obtenir des réponses sur les emplois liés au projet. Si des entreprises comme Ultramar à Lévis et Suncor à Montréal peuvent fournir du boulot à des milliers de personnes au Québec, la proposition mérite évidemment d'être analysée.

Ce qui ne signifie nullement qu'aucune mesure de précaution pour préserver l'environnement ne doit être exigée. Les groupes environnementaux ont exprimé des craintes. Ils doutent que le vieil oléoduc existant soit assez résistant pour transporter ce type de pétrole en aussi grande quantité. Vrai ou faux? La peur ou la recherche accrue de profits n'est pas une réponse complète.

Pour certains, Québec devrait privilégier les énergies vertes plutôt que de se faire l'allié de l'Ouest. L'un n'empêche pas l'autre. Encore là, le pragmatisme s'impose. Les Québécois ne se priveront pas de l'or noir du jour au lendemain. Québec peut investir dans de nouvelles technologies - ce qu'il fait d'ailleurs - qui lui permettront de réduire la dépendance au pétrole.

Il peut aussi influencer par des mesures fiscales le comportement des consommateurs et les aider à baisser leur consommation. Une période de transition est cependant incontournable. Qu'est-ce qui avantage le plus les consommateurs et les entreprises québécoises en attendant? Il est sensé que la première ministre invite son équipe à y réfléchir.

On a souvent, notamment dans cette page, reproché le préjugé favorable du gouvernement Charest à l'égard de l'industrie pétrolière et gazière. Un acquiescement aveugle du gouvernement péquiste à tout ce qu'avancent les groupes écolo ne serait guère mieux. Une analyse rigoureuse et indépendante des coûts et des bénéfices nous apparaît toujours préférable.

La décision d'inverser ou non le flux du pipeline appartient toutefois à l'Office national de l'énergie. Rien n'empêche cependant Québec de faire sa propre enquête pour l'aider dans ses pourparlers. Mme Marois a d'abord choisi de travailler de concert avec l'Alberta. La province, qui puise beaucoup de revenus de l'industrie pétrolière, a-t-elle l'indépendance nécessaire? Si l'exercice se révèle biaisé, Québec ne devra pas hésiter à recourir à l'expertise du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer