Budget Marceau: rejet injustifié

Partager

(Québec) Le gouvernement Marois s'est livré à un exercice de compromis, de contorsion et de réalisme pour présenter un premier budget qui respecte l'objectif de retrouver l'équilibre budgétaire en 2013-2014. Un vote de rejet de la part de l'opposition est malvenu. Malgré les incertitudes entourant le budget Marceau, rien ne justifie de replonger le Québec dans une campagne électorale.

Il était quelque peu hallucinant mardi d'entendre libéraux, caquistes et solidaires indiquer qu'ils voteraient contre le budget. Au risque de passer pour des gens qui ne tiennent pas parole et qui s'éloignent de leur penchant social-démocrate, les péquistes et leur ministre des Finances ont réalisé des pirouettes pour arriver à un plan qui colle au leitmotiv de leur gouvernement : «pour tous».

Simple positionnement pour se maintenir au pouvoir et espérer sortir gagnant d'un prochain rendez-vous électoral? En partie. Mais aussi, les péquistes n'ont pas le choix de composer avec leur statut de gouvernement minoritaire, de conserver la cible de 2013-2014 pour le retour à l'équilibre budgétaire et de parer les contrecoups d'un contexte économique mondial incertain.

Est-il inacceptable dans l'état précaire de nos finances publiques et devant la croissance économique anémique du Québec de hausser l'impôt des contribuables gagnant plus de 100 000 $, et de prolonger la contribution fiscale des institutions financières qui affichent des profits? Inacceptable aussi de taxer davantage les cigarettes et l'alcool, notamment pour rembourser la dette? Incongru de favoriser les familles et d'accorder un statut particulier au ministère de la Santé? La formule a pourtant profité aux libéraux.

Qui jugera inutile de gérer avec plus de rigueur les grands projets d'infrastructures pour lesquels Québec consacrera néanmoins 9,5 milliards $ par an? Bien des électeurs seront d'accord avec ces mesures et accepteront volontiers ce que François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), qualifie d'huile de foie de morue impossible à avaler pour sa formation.

Est-il aberrant de miser sur l'entreprise privée pour dynamiser l'économie chancelante plutôt que de se fier uniquement sur l'État qui doit astreindre ses ministères à une croissance globale de leurs dépenses de 1,8 %? Ceux à qui l'interventionnisme gouvernemental déplaît devraient se réjouir du rôle que le gouvernement Marois laisse au secteur privé. Les relations entre Québec et le milieu des affaires se sont d'ailleurs améliorées depuis le 4 septembre. Le patronat reconnaît d'ailleurs dans le budget Marceau des mesures qui favorisent la prospérité du Québec. Inconcevable par ailleurs d'indexer les tarifs d'électricité plutôt que de les geler? Scandaleux de présenter un budget d'austérité quand les Québécois supportent un lourd fardeau fiscal? Un peu de sérieux. On ne défait pas un gouvernement pour ça.

Bien sûr, le gouvernement Marois renonce ou repousse des promesses électorales comme la fixation des redevances pour l'industrie minière? Bien sûr, des doutes sérieux planent sur la capacité des ministères de limiter la croissance de leurs dépenses sans restreindre la quantité et la qualité des services offerts à la population? Il paraît aussi hasardeux de compter encore une fois sur Loto-Québec et la Société des alcools pour renflouer les coffres. Sa décision de renoncer à l'augmentation des droits de scolarité demeure aussi fort discutable.

Il y a néanmoins des signaux importants et essentiels dans ce budget. Le contrôle des dépenses des ministères et sociétés d'État s'annonce rigoureux. Québec indique aussi clairement qu'il mise sur le secteur privé et compte l'épauler pour assurer la croissance économique du Québec. Nicolas Marceau a beau présenter son budget à quelques semaines du 25 décembre, il s'est bien gardé de jouer au père Noël.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer