Bien des mots, peu de moyens

Partager

(Québec) Pauline Marois et son ministre Pierre Duchesne ont beau répéter que le Sommet sur l'enseignement supérieur sera une démarche ouverte, rassembleuse et qu'aucune position n'est préétablie, leur marge de manoeuvre budgétaire limitée vient dès le départ orienter le débat et les suites que l'on peut espérer de cette deuxième grand-messe en deux ans.

«Une société du savoir, ça s'imagine, ça se réfléchit, ça se construit, ça se façonne et ça se cultive», souligne le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie. Ça doit aussi se financer!

L'argent bien sûr ne fait pas foi de tout. Augmenter les subventions aux universités ne se traduit pas nécessairement par une plus-value pour l'ensemble de la société. Il demeure néanmoins qu'un financement adéquat pour payer les ressources humaines et matérielles est une condition incontournable pour l'atteinte des plus hauts standards de qualité en enseignement et en recherche.

Malheureusement, avant même que les discussions s'engagent, le gouvernement péquiste établit que les universités québécoises n'éprouvent pas vraiment de problèmes de financement. À l'instar des associations étudiantes qui ont déploré le sous-financement jusqu'au jour où le gouvernement libéral leur a refilé une facture plus élevée, le Parti québécois et sa chef réfutent ce qui faisait encore consensus avant le 4 septembre dans toutes les formations politiques.

Maintenant qu'il lui appartient d'équilibrer les finances publiques d'ici 2013-2014 dans un contexte économique plus difficile que prévu, de diminuer les dépenses et la dette tout en réalisant ses promesses électorales, le PQ estime que les universités n'ont pas à se plaindre.

La première ministre se base sur une étude réalisée en mars 2011 par le ministère de l'Éducation pour mettre en doute le sous-financement. Or, plusieurs chiffres utilisés dans cette étude - que des péquistes accusent les libéraux d'avoir cachée - étaient pourtant contenus dans le document de réflexion préparé par le Ministère pour la rencontre de décembre 2010 sur l'avenir des universités et leur contribution au développement du Québec.

Reprenons quelques éléments de ce document. En 2008-2009, la dépense globale par étudiant était de 29 242 $ au Québec, de 26 383 $ en Ontario et de 32 976 $ dans les provinces de l'Ouest. Les dépenses de fonctionnement atteignaient par ailleurs 18 162 $ par étudiant au Québec, comparativement à 19 931 $ pour le reste du Canada. En ce qui a trait à la recherche subventionnée et aux immobilisations, les établissements québécois étaient cependant mieux dotés que les autres au pays pour la même période.

Bref, au pouvoir à la tête d'un gouvernement minoritaire, le PQ fait une lecture qui sert ses intérêts. Pas besoin d'augmenter les droits de scolarité des étudiants et de risquer d'attiser leur grogne si le sous-financement vient de disparaître. Le gouvernement peut même se permettre de geler les droits pour deux ans. Pas besoin non plus de procéder à de déchirants arbitrages entre les différents ministères si celui de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie a amplement ce qu'il lui faut et s'accommode très bien de la croissance des dépenses de 2 % exigée de tous les ministères.

Néanmoins, même si la démonstration est faite que les universités ne manquent pas d'argent comme l'ont cru les politiciens, les gens d'affaires, les associations étudiantes, les syndicats et bien des observateurs pendant plus d'une décennie, la question du partage de la facture demeure entière. Quelle part« assumer les étudiants, l'ensemble des contribuables, les entreprises et Ottawa pour façonner et entretenir une société du savoir? On n'en sort pas.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer