L'école à quatre ans

Partager

(Québec) Le gouvernement Marois pourrait faire d'une pierre deux coups en instaurant la maternelle pour les enfants de quatre ans. Cela permettrait tout d'abord de franciser plus tôt les petits allophones sans imposer l'application de la loi 101 dans les garderies. Cela pourrait aussi permettre de rejoindre plus facilement les enfants de milieux défavorisés trop peu présents dans les garderies à 7 $ dont ils devaient pourtant être les premiers bénéficiaires.

Le Parti québécois a déjà dans sa liste de priorités l'implantation de la maternelle à temps plein dans les milieux défavorisés. Cette semaine, un avis formulé par le Conseil supérieur de l'éducation l'invite à aller plus loin.

Le Conseil recommande notamment que, d'ici cinq ans, 90 % des enfants québécois de quatre ans fréquentent les services d'éducation réglementés par l'État (services de garde ou école). Il incite le gouvernement à accorder la priorité aux enfants issus de milieux défavorisés.

Dans cet esprit, il préconise même la gratuité complète et universelle des services de garde éducatifs pour les jeunes de quatre ans. Baisse du ratio maître-élèves, formation de base accrue, meilleure continuité des services apparaissent aussi dans les recommandations, et ce, toujours dans l'objectif d'intervenir de façon précoce pour favoriser le développement des jeunes, l'égalité des chances et la réussite des petits, qu'importe leurs origines.

Quinze ans après l'instauration de la maternelle à plein temps et la création des garderies à 5 $ (maintenant 7 $) par un gouvernement péquiste, l'heure est au bilan et aux ajustements. Le défi des services à la petite enfance dépasse largement les questions du nombre de places et du coût. L'État consacre plus de 2 milliards $ par année à ces services. Une bonne raison de s'assurer que l'investissement permet d'atteindre les buts visés.

Or, force est de constater que le tableau n'est pas parfait. Certes, le Québec peut être fier du système établi. Les garderies à contribution réduite ont permis à des milliers de femmes et d'hommes de mieux concilier travail et famille. Il a aussi aidé l'État à réduire le travail au noir dans ce domaine.

Mais, le programme peine à atteindre son objectif premier qui était de donner des chances égales à tous les enfants. Étude après étude, on constate en effet que les services de garde sont utilisés surtout par les parents plus favorisés économiquement et plus scolarisés. Les centres de la petite enfance sont aussi plus rares dans les milieux plus pauvres. Autre donnée intéressante, les parents nés hors du Canada sont aussi moins enclins à faire garder leur progéniture.

L'implantation de plus de classes de maternelle pour les quatre ans pourrait donc permettre de se rapprocher de ces clientèles. Présentement, seulement 8 % des enfants de quatre ans ont accès à la maternelle et 65 % des jeunes de cet âge fréquentent un service de garde régi par l'État. Le Conseil signale que 83 % des enfants de quatre ans sont gardés régulièrement par un parent, une voisine, une gardienne à domicile ou dans une garderie privée ou publique. Même si la maternelle n'est pas obligatoire à cinq ans, 98 % des petits Québécois y sont inscrits.

Tous les gamins de quatre ans seraient-ils mieux servis s'ils avaient accès à une maternelle? Les enfants plus pauvres mieux préparés à leur rentrée scolaire? Leur cheminement serait-il plus aisé et plus réussi? En France et en Suède, la fréquentation des services éducatifs est généralisée chez les quatre ans. Les services sont gratuits et universels. Plus près de nous, l'Ontario a aussi lancé son programme Meilleur départ.

C'est un gouvernement péquiste qui a façonné les services éducatifs à la petite enfance. Il a maintenant l'occasion, voire l'obligation, de parfaire son ouvrage et, peut-être, de faire sa marque à nouveau.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer