Je, me, nous

Mercredi dernier, Vincent Fauque a dû donner son... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Mercredi dernier, Vincent Fauque a dû donner son cours malgré le vote de grève des étudiants en raison d'une injonction obtenue par une de ses étudiantes.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Mon gars a quatre ans et, déjà, il a intégré la notion de ses droits à lui. Son droit de ne pas se brosser les dents, de ne pas enfiler sa salopette d'hiver.

Ses droits ne briment personne. Ils minent ma patience, tout au plus.

Instinctivement, il réclame ces droits-là à la maison et pas à la garderie, où il brosse ses dents et s'habille sans rouspéter. À quatre ans, il sait déjà qu'il ne peut pas invoquer ses droits n'importe où. Il sait qu'à la garderie, dans un groupe, on ne peut pas faire tout ce qu'on veut, comme on veut.

Que ses droits s'arrêtent quelque part.

Les étudiants qui demandent des injonctions font valoir le droit d'aller à l'école, le droit à l'instruction, qui s'oppose à celui de faire front commun, de se rallier aux décisions démocratiques des associations qui sont censées les représenter. Qu'ils ne se sentent pas - ou mal - représentés est une autre histoire.

J'ai jasé avec Vincent Fauque, ce chargé de cours de l'Université Laval visé par l'injonction obtenue mardi par Catherine Leblond, une de ses étudiantes. Il en avait long à dire, le monsieur; c'est précisément ce qu'il enseigne, les mouvements de la société civile dans l'histoire. Le nom de son cours : «L'ordre mondial au XXIe siècle».

Nous avons les deux pieds dedans.

M. Fauque s'est présenté mercredi après-midi devant la quarantaine de personnes qui se sont prévalues de leur droit d'assister à son cours malgré le boycottage voté par leur association étudiante. Drôle de hasard quand même, il était question ce jour-là de démocratie, de droits individuels et de droits collectifs.

M. Fauque n'a fait que suivre son plan de cours. «On était rendus à la société civile, aux mouvements de la société civile et de la place qu'ils occupent dans l'évolution du monde. On considère que la société civile, c'est là où la démocratie doit prendre racine, le concept de citoyenneté aussi.»

Vivre en démocratie, «c'est accepter le vivre ensemble, c'est accepter de vivre avec des décisions qui ne font pas toujours notre affaire». Et, si ça ne fait pas notre affaire, nous avons le droit collectif de manifester notre désaccord.

De façon civilisée.

Et pas devant les tribunaux.

En Europe, d'où vient M. Fauque, «on ne peut pas imaginer une seule société accepter une injonction de ce type-là. Il y a une mémoire en Europe. Ce sont des décisions de nature fascisante, qui rappellent Franco entre autres. Aucun pouvoir ne se risquerait à prendre des décisions qui court-circuitent le processus démocratique.»

Au Québec, on ne s'en étonne plus.

La même logique découle des lois spéciales, qui nous distinguent autant que la poutine : le Québec en a adopté 41 en 50 ans.

M. Fauque observe la province depuis 30 ans. «La société québécoise aime la paix, l'harmonie, il y a une énergie collective qui invite à la tranquillité. Les gens acceptent de bon gré ces mesures, mais il y a tout de même un risque rampant de porter atteinte à la démocratie quand on fait passer les droits individuels avant les droits collectifs.»

Et quand on force les juges à faire de la politique. «Je respecte totalement le droit des étudiants à ne pas adhérer à un mouvement de grève, j'ai été très clair avec eux là-dessus. Ce qui m'inquiète, c'est que ça touche à la séparation des pouvoirs. Si on peut penser que le juridique est sous l'influence du politique, là, on s'attaque à un pilier.»

Notez, ces étudiants se sont battus devant les tribunaux pour assister à un cours où ils se sont fait dire qu'ils se tiraient dans le pied.

«La démocratie, c'est la non-violence, et la base de la démocratie, c'est de convaincre l'autre sans utiliser la coercition ni la violence. Gandhi a eu une belle phrase à ce sujet : «Il faut libérer l'adversaire de son erreur par la patience et la sympathie» et la sympathie, ça veut dire "souffrir avec". C'est l'approche que j'essaie d'avoir.»

À la fin de son cours, M. Fauque a laissé ses étudiants avec deux questions.

«Dans une société qui fait du principe démocratique le pilier de son fonctionnement social, quels droits doivent primer : les droits individuels ou les droits collectifs?»

«Peut-on considérer que la situation actuelle du Québec, où des gens s'efforcent de faire valoir un droit individuel sur un droit collectif par des mesures coercitives, manifeste un cas de violence structurelle?»

M. Fauque a reçu presque une dizaine de courriels le lendemain de son cours. Autant d'étudiants qui n'avaient plus les mêmes certitudes que la veille. Qui comprenaient, du moins, que ce qu'ils font n'est pas anodin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer