Pourquoi cet étrange papier?

Si l'on en croit les courriels reçus, la... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Si l'on en croit les courriels reçus, la saga judiciaire entourant le juge à la retraite Jacques Delisle suscite des passions... et beaucoup de doutes.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Si j'en crois vos courriels, personne ou presque ne croit à la version de l'ex-juge Delisle voulant qu'il ait aidé sa femme à se suicider.

J'ai même senti plusieurs lecteurs fâchés : «M. Bourque, je sais pas pourquoi vous avez fait un papier semblable! Êtes-vous comme les politiciens? (enveloppe brune).»

L'enveloppe n'était pas brune. D'ailleurs, il n'y avait pas d'enveloppe. Les affidavits me sont arrivés par courriel, à ma demande et sans avoir rien promis ni reçu en retour.

Plus que vos soupçons ou vos désaccords, ce qui m'a désarçonné, ce sont vos certitudes. Comme si, ce matin du 12 novembre 2009, vous aviez été tapis dans le garde-robe des Delisle-Rainville à suivre le dernier épisode du feuilleton.

Je n'arrive pas à avoir toutes vos certitudes. Peut-être par déformation professionnelle. Ce métier m'a habitué à douter.

J'ai pris un grand «respire» et j'ai pris le temps de vous répondre. J'en ai retenu des extraits et j'ai corrigé des fautes. Mis bout à bout, ça donne cette conversation.

LECTEUR : M. Bourque, votre papier de ce matin me paraît un peu étrange... De toute évidence, le doute dont vous parliez la semaine dernière est devenu une certitude.

MA RÉPONSE : Le doute est le même. C'est seulement que des journalistes ont eu accès à une version plus détaillée des événements... C'était intéressant de partager ces informations... Sur le fond, ça ne change rien. C'est le même doute.

LECTEUR : Bel exemple ici de la justice des riches. Le but est de le faire sortir de prison, de faire traîner les choses, jusqu'à ce qu'il atteigne un âge vénérable ou qu'il décède.

MA RÉPONSE : Je ne crois pas que l'ex-juge Delisle ait profité d'une justice des riches. Il a été condamné et est en prison...

LECTEUR : Je trouve dégueulasse votre papier ce matin sur le juge... Vous faites le jeu de l'avocat... Abonné depuis 55 ans au Soleil, dois-je canceller mon abonnement? J'y pense sérieusement!

MA RÉPONSE : Allez-vous canceller votre abonnement chaque fois que vous n'êtes pas d'accord avec un point de vue? Ne pensez-vous pas qu'il est utile parfois d'entendre des avis autres que les siens? C'est comme ça qu'on peut nourrir une réflexion.

LECTEUR : Si on avait droit à l'euthanasie lorsqu'on le désire avec une assistance humanitaire, mais ce droit existe juste pour les animaux.

MA RÉPONSE : Peut-être cela aurait-il changé le cours de cette histoire. Sauf qu'on ne le saura jamais.

LECTEUR : Monsieur Bourque, comment expliquer que ce justiciable obtient une telle place de choix de la faune journalistique de Québec? Est-ce que vous devez quelque chose à certains avocats? Est-ce une façon de protéger l'establishment de la haute ville dont vous faites partie?

Tout cela sent très mauvais pour l'indépendance des médias.

MA RÉPONSE : Je ne dois rien à personne et n'ai pas le mandat de protéger qui que ce soit, ni l'establishment, ni la haute ville, ni la basse ville... Je ne vois pas en quoi l'indépendance des médias soit ici en cause... Il arrive que les médias s'égarent, mais je ne crois pas que ce soit le cas ici.

LECTEUR : Delisle s'est payé le meilleur avocat, il aurait pu se payer le meilleur expert... Delisle a librement choisi de ne pas témoigner à son procès sans avoir de fusil sur la tempe... Lui!... Il doit vivre avec son choix...

MA RÉPONSE : La défense a failli à faire valoir sa preuve balistique, et M. Delisle a choisi de ne pas témoigner. Deux erreurs si on se place du côté de la défense. Ces erreurs font-elles de M. Delisle un coupable hors de tout doute raisonnable? C'est la question.

LECTEUR : Ceux qui veulent vraiment aider Jacques Delisle doivent lancer l'idée que le Code criminel devrait être modifié pour permettre aux condamnés de plus de 80 ans de demander une libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de leur peine.

Personne ne gagne à voir un vieillard, quel qu'il soit, mourir en prison.

MA RÉPONSE : Merci pour les réflexions, la lucidité et la grande sagesse.

LECTEUR : M. Bourque, cessez de faire la promotion de l'innocence de Delisle.

MA RÉPONSE : Je ne fais pas la promotion de son innocence. À la limite, je fais la promotion du doute.

LECTEUR : Si on croit cette histoire, on croit aussi au père Noël...

MA RÉPONSE : Vous n'avez donc pas le moindre doute?

SA RÉPONSE : Son témoignage est trop commode, et puis il sonne faux... De plus, il me semble que s'il voulait l'aider à mettre fin à ses jours, il l'aurait emmenée en Suisse, où c'est légal, et il l'aurait accompagnée jusqu'au dernier souffle, puisqu'il l'aimait tant (selon lui), au lieu de la laisser seule avec une arme, et le haut risque de rater son suicide, à cause de son invalidité.

LECTEUR : Voulez-vous en faire un héros... pourquoi encourager le crime?...

MA RÉPONSE : Où avez-vous vu que j'encourageais le crime ou que je voulais faire de M. Delisle un héros?... Mon rôle est de mettre les choses en perspectives. C'est ce que j'ai essayé de faire ce matin [hier].

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer