Budget 2015-2016

Le père Noël est malade

Le ministre Leitao présente le budget provincial.... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre Leitao présente le budget provincial.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les prochaines élections sont loin, et ça paraît! Il n'y a pas de bonbons pour les contribuables cette année, dans les documents budgétaires, et très peu pour la relance de l'économie. Le gouvernement confirme l'abolition de la taxe santé, mais de façon progressive et seulement à partir de 2017. Même chose pour la plupart des mesures qui impliquent des débours supplémentaires de l'État, ce qui fait dire à François Legault que c'est le budget de 2017 qu'on nous a présenté. Le gouvernement se comporte comme une famille qui se serre la ceinture avant la période des Fêtes pour payer ses dettes : il coupe dans les cadeaux, tout en promettant que le père Noël reprendra du service un jour. Le père Noël, dans le cas présent, c'est un État-providence mal en point.

La colonne de l'impact financier des mesures fiscales annoncées pour les particuliers et les entreprises arrive à un gros total de zéro pour l'année budgétaire. Ce n'est qu'à partir de 2017 que les Québécois verront un peu de lumière au bout du tunnel, avec des mesures comme l'abolition graduelle de la taxe santé. Les seules contributions accrues du gouvernement, cette année, se retrouvent dans des mesures pour favoriser la performance du marché du travail et stimuler l'investissement privé. Un petit 121 millions $ si on inclut les initiatives annoncées pour les collectivités et la culture. Québec solidaire et les syndicats y verront un déséquilibre entre l'aide aux entreprises et celle prévue pour les particuliers. «Un budget pour les patrons», scandait déjà le président de la CSN, Jacques Létourneau, au huis clos budgétaire.

Le ministre Leitão a reconnu que les mesures visant à soulager les contribuables ne prendront effet qu'à compter de 2016-2017. Mais il était important, a-t-il expliqué, d'envoyer un message immédiatement. Ce budget se veut porteur d'espoir dans un contexte d'austérité qui fait planer la menace d'un autre printemps érable. Mais il impose des sacrifices énormes.

Le gouvernement Couillard n'a même pas d'argent pour appuyer les causes ou les organismes auxquels il a promis de s'intéresser. Ainsi, il n'a qu'un petit million de dollars, cette année, pour la mise en place de mesures pour le dépistage et la prévention de la radicalisation menant à la violence. Il n'a que 400 000 $ pour son plan d'action visant à contrer l'intimidation.

De plus, le message d'espoir du gouvernement repose sur des prémisses extrêmement fragiles et des négociations fructueuses avec les employés de l'État. La hausse prévue de 1,5 % des dépenses gouvernementales, excluant le service de la dette, constitue un défi colossal, surtout dans la Santé et l'Éducation.

Ce budget serait surréaliste s'il venait d'un gouvernement à mi-mandat, préoccupé par sa réélection, et confronté à un ralentissement de l'économie. Mais le gouvernement Couillard est en début de mandat et profite d'une relance... même si elle est timide... de l'économie nord-américaine.

Ce n'est pas à la veille d'une autre récession ou à l'approche des élections de 2018 que le Québec pourra assainir ses finances publiques. Même si ce budget est «plate», il va dans le sens des engagements électoraux de Philippe Couillard, à tout le moins en ce qui concerne l'équilibre budgétaire. Après six années de déficits, on ne pouvait plus reporter cet objectif. Voilà pourquoi le péquiste Nicolas Marceau a résisté, jeudi, aux questions des journalistes qui lui ont demandé si le gouvernement aurait dû reporter l'équilibre budgétaire d'un an. Marceau a été ministre des Finances. Il sait qu'il aurait été confronté aux mêmes contraintes s'il était resté au pouvoir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer