Les commerces se font attendre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ouverture d'une dizaine de bars, de terrasses et de restos avait fait croire à l'envol de la route de l'Église comme destination de divertissement.

C'était l'époque du nouvel hôtel de ville. De l'Église allait s'animer et devenir une rue in, comme Cartier ou Maguire.

La mairesse Andrée Boucher voyait la chose d'un bon oeil, malgré les réticences de citoyens inquiets pour leur quiétude.

Puis l'élan est retombé. La route de l'Église n'est jamais devenue ce qu'on avait un moment imaginé.

Pendant 15 ans, il ne s'y est plus rien passé, sinon la venue du délicieux bar laitier Le Frisson.

Comme d'autres banlieues, le quartier Saint-Denys-du-Plateau s'est contenté de vieillir et de se dépeupler. Quatre cents résidents de moins en 2006 qu'en 2001.

L'église au dos cassé a fermé et le parc immobilier de la rue a décliné.

Jusqu'à l'explosion de la fin des années 2000. En cinq ans, une dizaine de tours de 10 étages ou plus sur un kilomètre, entre Laurier et Quatre-Bourgeois, dont six à vocation résidentielle.

L'axe route de l'Église-Laurier est non seulement devenu un quartier d'affaires mais un pôle d'habitation.

Le décollage a été si rapide qu'en 2009, l'administration Labeaume a voulu calmer le jeu pour les bureaux en ramenant à 17 étages un projet que Cominar voulait à 27.

La Ville voulait éviter la surchauffe et permettre à d'autres quartiers de se développer.

On connaît la suite. Vingt-sept étages au Jules-Dallaire et un projet de 65 étages au coin de rue suivant.

La trajectoire des quartiers, comme celle des humains qui y habitent ou des élus qui les gouvernent, est parfois difficile à prévoir.

***

Au recensement de 2011, le plateau Saint-Denys avait regagné 200 résidents par rapport à 2006.

Quatre nouvelles garderies depuis trois ans, rapporte Gilles Filiatrault, du conseil de quartier.

Les centaines de nouveaux logements, les bureaux et la nouvelle bibliothèque créent un achalandage accru dans le quartier.

La logique voudrait que cela favorise les commerces et les services de proximité. Ce fut pourtant le contraire ou presque.

Le quartier a récemment perdu son épicerie (Metro), un dépanneur et son guichet Desjardins.

Le Target de Laurier Québec, qui jouait un rôle de proximité, a aussi plié bagage et la boulangerie Moulin Lafayette fut éphémère.

On est encore loin du quartier rêvé où les citoyens feraient leurs courses à pied. Jamais l'auto n'y aura été aussi nécessaire.

Peut-être est-il trop tôt. De nouveaux logements sont encore inoccupés et la masse critique pour le commerce n'est peut-être pas atteinte.

On ne retourne pas un quartier comme on retourne une voiture.

***

Le Metro fermé rue Mainguy ne correspondait plus à l'image de la chaîne. Peu visible et désuet. Si petit qu'on se demande comment il pouvait étaler les rabais de la semaine, et sans possibilité d'agrandir.

Ce «Metro était parfait», croit pourtant M. Filiatrault. «Moins qu'une épicerie, mais plus qu'un dépanneur» et accessible à pied.

Pour une épicerie de grande surface, «ça va prendre plus que les voisins immédiats», prévient Serge Ferland, propriétaire de deux Metro à Québec.

Il faudra plus de densité et, en attendant, un stationnement à la porte. C'est compliqué. Les grands terrains sont rares et chers.

Le secteur est mal desservi et il y a un marché, pense M. Ferland, mais il est difficile pour l'instant de l'envisager sans auto.

D'autant plus que la Ville n'a rien fait de concret à date pour faire de Saint-Denys autre chose qu'un quartier de banlieue traditionnel. À part hausser les hauteurs à construire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer