Le maire Jean Tremblay et les extraterrestres

Le maire Jean Tremblay... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un jour, il faudra se rendre à l'évidence. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, est un extraterrestre. Même que des fois, on se demande s'il ne s'est pas trompé de planète.

Dans l'univers parallèle de Jean Tremblay, les Chinois n'ont rien inventé, «à part la brouette et les feux d'artifice». Les attentats contre Charlie Hebdo ont été commis par «le diable» en personne. Les noms arabes sont «impossibles à prononcer». Le Viêtnam est un pays «sale», avec de la nourriture «douteuse». Et la politique se résume à une équation simple: «Plus il y a d'opposition, plus les taxes et les dettes sont élevées.»

Avant, les curés répétaient que la foi déplace les montagnes. Mais aujourd'hui, à Saguenay, la foi se surpasse. Elle abaisse même les comptes de taxes!

«Si les taxes sont en moyenne 23 % plus basse [ici] qu'ailleurs au Québec, c'est parce que nous avons la foi», affirmait Jean Tremblay, en 2010. «Je demeure convaincu que notre attitude envers Dieu nous aide à obtenir de meilleure performance.»

Tenez-vous-le pour dit, bande d'incrédules que vous êtes. Si Dieu n'existait pas, Jean Tremblay devrait l'inventer. Autrement, qui l'aiderait à assainir les finances de la Ville?

Sûr et certain. Jean Tremblay est un extraterrestre.

Sinon, comment expliquer qu'il puisse dire n'importe quoi, sans jamais subir de contrecoups politiques? Surtout, comment expliquer sa popularité délirante, en particulier auprès des médias de Montréal?

Il est vrai qu'en dehors de Saguenay, M. Tremblay joue son personnage de campagnard de service avec un aplomb stupéfiant.

Le message circule. Quand on l'invite à un dîner de cons, M. Tremblay ne dit jamais non.

Vous voulez entendre divaguer sur les liens entre la pénétration sexuelle, l'eau potable et l'eucharistie? Oubliez Raël. Appelez Jean Tremblay.

Vous désirez mettre du piquant dans une émission, en ajoutant une charge contre les intellectuels? Oubliez Ti-Coune. Appelez M. Tremblay.

Le Québec est toujours prêt à rire d'un habitant avec du foin qui dépasse de ses bottes. En revanche, il s'intéresse plus rarement aux problèmes de la démocratie municipale. Ou aux aventures de l'industrie forestière avec Greenpeace.

M. Tremblay est probablement le seul à croire qu'on le pourchasse pour la profondeur de sa pensée. Le seul à penser qu'il met sa ville «sur la mappe» en devenant un sujet de prédilection du Festival Juste pour rire ou de Et Dieu créa... Laflaque.

«[Je] pense que je suis l'une des meilleures personnes pour être maire de Saguenay», disait-il encore, il y a quelques jours.

Ne réveillez pas notre somnambule. M. Tremblay affiche toute la perspicacité de la maman gorille qui dit à ses petits, en voyant le public s'en aller, à la fermeture du zoo :

«Je crois qu'ils leur ont donné à manger, maintenant. On reviendra les voir demain.»

Au fil des ans, dans ses multiples apparitions télévisées, Jean Tremblay a entretenu ses ouailles des drones, de la vie de Marie de l'Incarnation, de la reproduction des plantes, des tremblements de terre et de tellement de choses étranges qu'on ne s'étonnerait même pas d'apprendre qu'il s'agit de messages codés destinés à d'autres galaxies.

«Le Christ, qui est notre chef, là, qui est celui qui a créé la religion catholique, l'avez-vous déjà entendu critiquer les autorités civiles? Jamais», déclarait-il dans une célèbre capsule télévisée.

Un jour, qui sait, l'expérience prendra fin. Une soucoupe volante apparaîtra au-dessus de l'hôtel de ville de Saguenay. «Soldat Tremblay, l'expérience est terminée. Veuillez réintégrer immédiatement le vaisseau», dira une grosse voix métallique.

En attendant, Saguenay et son maire appartiennent à une autre planète. D'un côté, le maire a pris la peine de consulter la population sur l'interdiction de tondre sa pelouse le dimanche. De l'autre, il a présenté le récent budget municipal de 300 millions $ sur une simple feuille, au dernier moment, comme s'il s'agissait de celui d'un camp de pêche.

Signe des temps, une blague présente Jean Tremblay, qui rentre chez lui, après une journée exténuante.

«Quelle vie de fou! s'exclame-t-il, en se jetant sur son lit.

- Jean, tu ne crois pas qu'il serait temps d'arrêter tout cela? demande son épouse, vaguement inquiète.

- Impossible pour le moment, répond le maire. Dieu m'a dit qu'il ne peut pas encore reprendre le poste.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer