Projet Le Phare: un sérieux défi de circulation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré ses deux millions de pieds carrés, «Le Phare» aura un «impact à peu près nul» sur la circulation, prévoit le promoteur Michel Dallaire.

Son hypothèse est que des employés du Phare logeront sur place et n'auront pas besoin de leur voiture ou des réseaux de transport. 

À terme, le Phare accueillera de 2500 à 3000 travailleurs et de 2000 à 2500 résidents, estime M.Dallaire. «On amène, en même temps que les travailleurs, la solution.» 

La mixité des usages est un modèle reconnu de développement durable. 

Lorsque les citoyens peuvent se loger, travailler, faire leurs courses, aller à l'école et se divertir dans un même voisinage, ils se déplacent moins. Cela a aussi pour avantage que le quartier reste vivant après 17h. 

Le problème est que les travailleurs du Phare n'auront pas tous les moyens d'y acheter un condo. Ni le goût. Se loger dans une tour de luxe sur une artère passante ne convient pas à tous, notamment aux jeunes familles.

Il est utopiste de croire que le Phare n'ajoutera pas à la circulation.

La configuration de l'îlot des Gouverneurs va même poser un défi particulier. 

Idéalement, les grands projets devraient avoir deux accès sur rue. Dans l'état actuel des lieux, ce n'est pas possible au Phare qui est à l'entrée d'un quartier cul-de-sac. Le seul accès possible est par la rue Lavigerie. 

Dans ce secteur, le boulevard Laurier est considéré comme une autoroute et aucun accès n'est envisageable. Il faut se méfier ici des images de la semaine dernière.

Les travailleurs, clients et résidents du Phare devront donc circuler par Lavigerie ou par la rue des Châtelets, qui débouche sur Lavigerie.

On imagine les files d'attente le soir pour accéder au boulevard Laurier ou à Hochelaga. Et celles du matin sur Laurier ou Hochelaga pour tourner sur Lavigerie et entrer au Phare.

Le plus simple serait un nouvel accès direct entre des Châtelets et Hochelaga. Le dénivelé important avec Hochelaga pose cependant problème.

Aucune étude de transport spécifique sur l'impact du Phare n'a encore été menée par la Ville de Québec.

Le ministère des Transports et la ville planchent cependant sur une reconfiguration des voies à la tête des ponts.

Un accès au Phare deviendra-t-il possible par le boulevard Laurier ou par une nouvelle desserte de Henri-IV ou Hochelaga? 

Rien d'impossible. Mais toute amélioration des accès impliquera de nouvelles infrastructures de rue et, donc, des investissements publics.

Le promoteur Dallaire dit croire au transport en commun et vouloir «arrimer» le Phare avec ce qui est prévu sur Laurier. 

Les maquettes montrent une passerelle aérienne au-dessus du boulevard et une station couverte sur le trottoir de Laurier, côté sud.

Ce tronçon du boulevard Laurier n'est pas desservi actuellement par le transport en commun. Il était cependant sur le chemin du tramway en provenance de la Rive-Sud. 

On a compris que ce tramway n'est plus dans les cartons à court terme. Mais on a compris aussi qu'on voudra quand même créer un corridor de transport en commun fort entre les deux rives. 

Au lieu de faire passer un tramway sur rail dans les voies réservées au centre du boulevard, on y fera passer des bus articulés. 

Dans ce scénario, le Phare pourrait facilement être desservi par le transport en commun, ce qui est incontournable. Ce qui ne dispense pas de trouver une solution pour l'accès en voiture. 

Il reste au minimum quelques années encore avant de voir arriver les premières voitures au Phare. Cela donne heureusement un peu de temps pour voir venir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer