Les indexations dans le tordeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Aucun retraité ou employé de la Ville de Québec ne peut se réjouir de perdre l'indexation automatique de ses primes de retraite.

Mais puisque la loi 3 force le partage des déficits, c'est sans doute la façon la moins brutale d'y arriver.

Beaucoup moins que de réclamer un chèque aux retraités ou d'amputer le salaire des employés actifs.

Québec croit qu'il sera possible de maintenir le tiers de l'indexation des pensions des employés actifs et près de la moitié de celle des retraités. Le reste dépendra désormais du rendement des régimes.

Le maire Labeaume a cherché à minimiser l'impact de cette réforme pour les retraités et les employés. «C'est peu d'argent pour eux. Ils ne payent rien de leur proche pour payer leur dette.»

C'est une analyse courte et un peu insultante. Ce n'est peut-être pas beaucoup d'argent la première et la deuxième année.

Mais les indexations sont cumulatives et à la longue, cela finit par faire une énorme différence. Le manque à gagner sera de plusieurs milliers de dollars par personne, sans doute davantage.

Difficile qu'il en soit autrement car c'est quand même 163 millions $ que la Ville ira chercher auprès d'un nombre relativement petit d'employés et de retraités.

La part des 3800 retraités est de 99 millions $, soit 26 000 $ en moyenne par retraité; celle des 5100 employés actifs est de 64 millions $, soit 12 500 $ par employé.

Les chiffres vont certainement bouger. Ils ne tiennent pas compte par exemple des bons résultats de la Bourse en 2014. Mais cela donne une idée de l'effort demandé aux employés et aux retraités de la Ville.

Cela aide surtout à comprendre pourquoi ceux-ci songent toujours aux tribunaux pour essayer de faire invalider la loi 3.

***

Le partage des déficits avec les employés et les retraités est, je pense, une mesure socialement acceptable et probablement payante politiquement.

Plus acceptable que de hausser les taxes de citoyens qui n'ont pas de régime de retraite, pour pouvoir maintenir l'indexation automatique des retraites municipales.

C'est équitable, mais ce n'est pas une raison pour banaliser l'impact pour les personnes touchées.

***

L'administration Labeaume a-t-elle «caché» un surplus de trésorerie de près de 100 millions $ dans le but de refiler un plus gros déficit à ses employés et retraités?

C'est ce que sous-entendent des syndicats et des retraités de la Ville, qui pressent l'administration Labeaume de rendre ce surplus.

La vérité?

La Ville reconnaît disposer d'un «surplus de trésorerie» attribuable à un changement aux règles comptables.

Ce surplus était de 68 millions $ à la fin de 2012, 94,3 millions $ à la fin de 2013 et 101 millions $ à la fin de 2014.

Concrètement, cela veut dire que depuis quelques années, la Ville taxe davantage que ce qui est nécessaire pour payer les pensions.

Dans un document du service des finances (nov. 2012), la Ville explique que cette situation «pourrait s'inverser dans le temps, mais pas dans un avenir prévisible».

À la fin de 2012, il fut voté à la Ville et à l'agglomération d'utiliser les excédents supérieurs à 20 millions $ pour renflouer les régimes de retraite. Cela n'a pas été fait.

Il en fut question aussi dans le budget 2014, mais le ton était moins ferme. Puis, plus rien dans le budget 2015.

Pour la première fois lundi, l'administration Labeaume a reconnu avoir changé d'idée. Elle veut garder le surplus pour éviter d'avoir à hausser les taxes le jour où l'écart de trésorerie deviendrait défavorable.

Ça se défend sans doute, mais l'administration vient d'ouvrir la porte à un nouvel affrontement avec les syndicats. Il n'y a décidément pas souvent de répit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer