La revue de 2014, version bête et méchante

Cette année, un scientifique chinois a élaboré une... (Shutterstock, sharpshutter)

Agrandir

Cette année, un scientifique chinois a élaboré une théorie pour deviner le comportement des participants au jeu de roche-papier-ciseaux.

Shutterstock, sharpshutter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Oubliez un instant la guerre en Ukraine, l'épidémie d'Ebola et la montée fulgurante de l'État islamique. Voici le tour de l'année qui s'achève en 40 anecdotes, le plus souvent bêtes et méchantes. Amateurs de contes de fées, prière de s'abstenir.

Tout a commencé de travers. Dès le début du mois de janvier, en Ohio, il faisait -29 °C dans la petite municipalité de «Hell».

Il gelait en enfer. Bref, tout était possible.

Un peu après, les grands hôtels du monde ont publié le palmarès des demandes les plus bizarres faites par des clients. Le ton était donné. Déjà, plus rien ne nous étonnait.

En tête de la liste de commentaires étranges, les hôteliers plaçaient «la mer est trop bleue» et «les draps sont trop blancs». Ils accordaient une mention spéciale au convive qui a demandé : «Pourquoi n'y a-t-il pas de steak au menu végétarien?»

On s'en voudrait d'oublier le client qui réclame «des cloches de chèvre pour l'aider à s'endormir».

Et que dire du brave homme qui ne veut «que les cuisses droites du poulet»?

Qu'il s'agit d'un partisan de Stephen Harper, peut-être?

***

Bienvenue en 2014.

Jamais à court de mauvaises idées, le gouvernement hongrois songe à imposer des tests de dépistage de drogue à tous les enfants de 12 à 18 ans. À peine moins hargneuse, une église baptiste de l'État de New York a fait tirer au sort un fusil semi-automatique lors d'un événement-bénéfice. Ne reculant devant rien, la municipalité de Utley, en Grande-Bretagne, a remis une contravention de 60 $ au père Noël local parce que son traîneau était mal garé.

En mai 1968, les manifestants s'écriaient : «Il est interdit d'interdire.» En 2014, la devise du moment serait plutôt : «Il est interdit de ne pas interdire.»

En Corée du Nord, il est illégal de porter le même nom que le chef despote, Kim Jong-un. En Belgique, une grande chaîne de salons de coiffure interdit à ses coiffeurs de parler de politique avec les clients. En Chine, il est défendu de suggérer que le président ressemble à un crapaud, même pour le comparer à un prince charmant. Aux États-Unis, au moins 22 villes ont adopté des règlements pour punir quiconque donnera à manger à un itinérant.

Non, Mesdames et Messieurs, l'année 2014 ne permet pas à chacun de faire ce qui lui plaît.

En mars, l'Arabie saoudite a publié une liste de plusieurs dizaines de prénoms jugés «incompatibles avec la culture et la religion du royaume». Parmi les prénoms bannis, signalons Alice, Elaine, Jibril (Gabriel) et Benjamin. Même le nom Malek est proscrit, parce qu'il signifie «roi», ce qui pourrait porter ombrage au monarque saoudien.

Plus ouvert d'esprit que cela, on voit à travers.

***

Au printemps, un sondage suggérait que la proportion de Canadiens anglais qui estiment que le Canada se porterait mieux sans le Québec dépasse celle des Québécois qui souhaitent l'indépendance de leur province.

Allez y comprendre quelque chose.

En Europe, on dénombre deux fois plus de logements vacants que de gens sans abri. Aux États-Unis, depuis 1990, les effondrements de châteaux de sable ont tué plus de gens que les attaques de requins dont on parle continuellement. En Grande-Bretagne, la moitié de la population croit aux fantômes.

Il est vrai qu'on peut faire dire n'importe quoi aux chiffres. Même la vérité. Alors peut-être que ça ne compte pas?

En octobre, l'Inde a placé un véritable engin spatial sur l'orbite de la planète Mars, pour 74 millions $. Moins que les 100 millions $ que le film Gravity a coûtés, pour recréer en studio la sensation d'une mission dans l'espace!

Cherchez l'erreur. D'un côté, le gouvernement américain consacre 347 000 $ à une étude sur les bienfaits de massages sur les lapins. De l'autre, après des années de compressions budgétaires, il découvre avec horreur qu'il ne reste qu'un seul spécimen d'une clé à molette servant à dévisser les ogives sur les missiles nucléaires. Plusieurs bases militaires en sont réduites à s'échanger l'outil par messagerie, en cas de besoin!

Toujours dans le rayon des bizarreries, le pape François a semblé ouvrir les portes du paradis aux animaux de compagnie, avant de les refermer. La bourse de Tokyo a dû annuler des transactions totalisant 700 milliards $ à la suite d'une faute de frappe commise par un employé. Et la BBC s'est excusée pour une erreur de traduction qui lui a fait souhaiter, au début du Nouvel An chinois : «Bienvenue dans l'année de la prostitution!»

***

Malgré tout ce qui précède, il serait injuste de conclure que l'humanité a manqué d'imagination, en 2014.

Ainsi, on a découvert que les ancêtres des poules avaient des dents, il y a environ 116 millions d'années. On a su que le pharaon Toutankhamon était un enfant de l'inceste. Un scientifique chinois a même élaboré une théorie pour deviner le comportement des participants au jeu de roche-papier-ciseaux.

En juin, la NASA a fait l'essai d'une vraie soucoupe volante, à Hawaï. Et la ville de Toronto a calculé qu'elle arrachait chaque année plus de 2000 tonnes de gomme à mâcher sur les trottoirs. L'équivalent du poids de 400 éléphants africains.

Au chapitre des nouveautés, le gouvernement indien a créé un ministère du Yoga. Au Brésil, un programme permet dorénavant à un prisonnier de retrancher quatre jours de sa sentence pour chaque livre qu'il aura lu. À Portland, en Oregon, une entreprise distribuant des câlins a ouvert ses portes.

Aux Pays-Bas, la société informatique Decos a interdit l'utilisation de papier à ses employés. L'entreprise pousse même sa croisade jusqu'à abolir le papier dans la plupart des toilettes. Magnanime, Decos conserve «pour le moment» quelques cabinets équipés de rouleaux de papier «à l'ancienne», pour les visiteurs «moins évolués».

***

L'un des symboles de cette année bête et méchante, c'est une version humoristique du jeu Monopoly, imaginée par un site de nouvelles satiriques, pour se moquer de l'austérité. Dans cette version imaginaire, tous les terrains, tous les hôtels et toutes les maisons ont déjà été acquis, avant même le début du jeu. Les joueurs sont condamnés à payer, sans pouvoir devenir propriétaires...

Tenez-le-vous pour dit. En 2014, même la chance peut se retourner contre vous. Le 25 mars, Wendy Brown, une célèbre joueuse de bridge, est littéralement morte de joie, après avoir reçu un jeu parfait. Mme Brown, 80 ans, avait en mains une combinaison de cartes rarissime, qui ne survient qu'une fois sur 150 000.

Reste que l'année n'a pas été perdue pour tout le monde. Parlez-en à Robert D. Marcus, le pdg de Time Warner Cable, qui a touché 80 millions $ pour six semaines de travail. Environ 5500 $ la minute.

À ce rythme, M. Marcus finira par rejoindre le club sélect des 85 personnes les plus riches de la planète, qui possèdent autant que les 3,5 milliards d'humains les plus pauvres.

Peu importe. Le truc consiste à ne pas éprouver de sentiments «vieux jeu» comme le remords ou la gêne. Le modèle reste la Chambre des lords britanniques, souvent rebaptisée la «Chambre des morts». En 2014, malgré les pressions, les lords ont refusé de partager leur budget de 125 000 $ consacré à la détente avec les députés élus de la Chambre des communes.

Dans leur infinie sagesse, ces Messieurs craignaient que le partage ne les oblige à boire du champagne de qualité moindre...

***

Le mot de la fin appartient aux Irakiens, qui trouvent encore la force de se moquer de la débandade de leur armée et de leurs généraux, devant la ville de Mossoul, au mois de juin.

«Durant l'attaque de Mossoul par l'État islamique, un jeune soldat terrorisé prend la fuite. Il court longtemps, la tête baissée, jusqu'à ce qu'il entre en collision avec quelqu'un. Un officier.

- Pardonnez-moi, mon caporal, murmure le jeune soldat.

- Je ne suis pas caporal! proteste l'officier.

- Alors, pardon mon colonel? risque le soldat.

- Je ne suis pas colonel! hurle le gradé, rouge de colère.

- Pardonnez-moi, mon lieutenant, risque le soldat, avec une petite voix.

- Je ne suis pas lieutenant! Je suis général! fulmine le haut gradé.

- Je suis vraiment navré, mon général. Je n'avais pas réalisé que je m'étais sauvé aussi loin!»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer